Racing 92 : Soupçonnés de dopage Carter, Rokocoko et Imhoff vont enfin pouvoir s'expliquer

Edwy Malonga
Publié le 12 octobre 2016 à 10h38
Racing 92 : Soupçonnés de dopage Carter, Rokocoko et Imhoff vont enfin pouvoir s'expliquer

Source : AFP

PAROLE À LA DÉFENSE - Les trois joueurs du Racing 92, Carter, Rokocoko et Imhoff vont devoir expliquer ce mercredi matin à la commission de lutte contre le dopage sur les traces de corticoïdes retrouvées dans leurs urines au terme de la dernière finale du Top 14.

Ils ont hâtent de pouvoir se défendre. Ce matin, à 10 heures, les Néo-Zélandais Daniel Carter et Joe Rokocoko et l'Argentin Juan Imhoff sont attendus au Centre national du rugby de Marcoussis  par la commission  de lutte contre le dopage. Ils seront  auditionnés pendant une heure par par quatre médecins, dans une séance présidée par Robert Antonin, ancien directeur technique national (1991-1999) de la Fédération française de rugby (FFR). La faute à un taux trop élevé de prednisolone dans les traces de corticoïdes prévelées dans leurs urines, le 24 juin dernier au Camp Nou, à l'issue de la dernière finale du Top 14 contre Toulon.

La limite fixée est de 30 nanogrammes par millilitre

La limite autorisée par l'Agence française de lutte contre le dopage(AFLD) est fixée à 30 nanogrammes par mililitre. Selon Canal +, le demi d'ouverture Imhoff est à un taux de 31 alors que les deux anciens All Blacks sont à 49. Ils seront entendus sur l'utilisation de ce puissant inflamatoire au mode d'administration très précis : pré_articulaire, péri-articulaire, péri-tendineux,épidurale, cutanée et inhalé.

Tous les actes médicaux pratiqués l'ont été dans le plus total respect des règles antidopage nationales et internationales

Racing 92

Pour leur défense, au lendemain des révélations, le Racing 92  a publié un communiqué afin d'indiquer que "tous les actes médicaux pratiqués l'ont été dans le plus total respect des règles antidopage nationales et internationales, tant au niveau des procédures administratives que médicales. Il s'agit de traitements administrés par voie autorisée, prodigués en réponse à des pathologies avérées, plusieurs jours avant la finale du Top 14 et ne nécessitant pas d'AUT (autorisation à usage thérapeutique)". Carter, Rokocoko, Imhoff et leurs avocats vont devoir prouver que les taux de corticoïdes retrouvés correspondent à la prise déclarée en termes de date, de quantité et de mode d'administration. Si ce n'était pas le cas, ils risqueraient une suspension, sujette à un appel. Le dénouement est proche.


Edwy Malonga

Tout
TF1 Info