Chaos au Stade de France : après le fiasco, le temps des explications... et des enquêtes

Rapport sous 10 jours, organisation renforcée... Ce qu'a décidé le gouvernement après le fiasco du Stade de France

Idèr Nabili
Publié le 30 mai 2022 à 22h59, mis à jour le 30 mai 2022 à 23h30
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Au surlendemain des événements du Stade de France, le gouvernement et les organisateurs se sont réunis ce lundi pour tirer les leçons du fiasco.
Le "pilotage des grands événements sportifs" va être renforcé, promet le ministère des Sports, qui a commandé un rapport sur "les enseignements à tirer" de cette soirée.

Deux jours après les incidents aux abords du Stade de France en marge de la finale de la Ligue des champions entre le Real Madrid et Liverpool, le gouvernement veut tirer les leçons. Ce lundi 30 mai, au ministère des Sports, se tenait une réunion avec les différentes parties prenantes, du ministre de l'Intérieur au consortium du Stade de France, en passant par la préfecture de police, le maire de Saint-Denis, l'UEFA et la Fédération française de football (FFF).

"Chacun a pu partager de façon transparente et constructive son analyse des incidents, de leurs causes et de leurs enchaînements", assure le ministère des Sports dans un communiqué. Comme l'a souligné le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, au 20H de TF1, les supporters de Liverpool sans billet ou munis d'un faux sont dans le viseur des autorités. Entre 30.000 et 40.000 fans britanniques sans billet valable seraient "à l'origine des engorgements dans les accès au stade pour les spectateurs", indique le ministère. "Il est aussi ressorti que la fraude aux faux billets a été organisée et massive."

Le gouvernement a donc demandé "à l'UEFA de mener sans délai une enquête approfondie sur les failles constatées en matière de billetterie", enquête "indépendante" ouverte ce lundi soir par l'instance européenne organisatrice de la Ligue des champions.

La ministre des Sports commande un rapport

L'exécutif est également soucieux de montrer que le problème est pris à bras-le-corps, à un an de la Coupe du monde de rugby en France, et à deux ans des Jeux olympiques et paralympiques de Paris. En ce sens, Amélie Oudéa-Castera, la ministre des Sports, "a confié à Michel Cadot, en sa qualité de délégué interministériel aux grands événements sportifs, le soin de lui remettre, sous dix jours, un rapport synthétisant les principaux faits intervenus et les enseignements à en tirer pour la gestion des grands événements sportifs".

Les autorités promettent par ailleurs de "renforcer le pilotage des grands événements sportifs", notamment la gestion des flux, la prévention des risques de délinquance, la généralisation de la billetterie électronique, ou encore la prévention des fraudes à la billetterie. Au Stade de France, qui doit accueillir deux rencontres de l'équipe de France de football dans les prochains jours, Amélie Oudéa-Castera pointe "la nécessaire amélioration des enjeux de circulation et de barriérage dans et aux abords immédiats du stade".

Création d'un groupe de travail contre la violence dans les stades

Enfin, cette réunion a été l'occasion de faire le bilan de la saison de football, clôturée dimanche soir par les incidents à Geoffroy-Guichard ayant accompagné la descente de l'AS Saint-Etienne en Ligue 2. "Compte tenu d'une saison de football marquée par la dérive de comportements de certains supporters", Amélie Oudéa-Castera et Gérald Darmanin annoncent la constitution d'un "groupe de travail spécifique sur la prévention et la lutte contre la violence dans les stades".

Lire aussi

Toutes les parties prenantes et les personnalités qualifiées y seront associées, promet le ministère, "dans une volonté de fermeté absolue contre les fauteurs de troubles, mais aussi de dialogue". En ce sens, les deux ministres annoncent "la réactivation de l'instance nationale du supportérisme".


Idèr Nabili

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info