Roland-Garros : battu, Jo-Wilfried Tsonga tire sa révérence

Maxence GEVIN
Publié le 24 mai 2022 à 17h47, mis à jour le 24 mai 2022 à 18h35
Éliminé de Roland-Garros, Tsonga prend sa retraite sportive.

Éliminé de Roland-Garros, Tsonga prend sa retraite sportive.

Source : Christophe ARCHAMBAULT / AFP

Héroïque, Jo-Wilfried Tsonga s'est incliné mardi après quatre manches et près de trois heures de combat (6-7, 7-6, 6-2, 7-6).
Pour son dernier match en carrière, le Français a poussé dans ses derniers retranchements le jeune Casper Ruud, tête de série numéro 8.
Le tennis tricolore perd l'une de ses figures.

Quelle dernière ! Jo-Wilfried Tsonga, 37 ans, s'est incliné en quatre manches au premier tour de Roland-Garros, au terme d'un énorme combat contre Casper Ruud (6-7 (8), 7-6 (4), 6-2, 7-6 (0)). Porté par un Central bouillant, le Français a livré ses (toutes) dernières forces dans la bataille. 

Un dernier gros bras de fer

Dans un match à couteaux tirés, il a longtemps fait jeu égal avec son adversaire, de 14 ans son cadet, s'appuyant sur un coup droit dévastateur retrouvé. À bout de force, et malgré un break à 5-5 dans le quatrième set, il a finalement déposé les armes - en larmes - après 3h49 de jeu contre le Norvégien, N°8 mondial. 

Comme un symbole, c'est son corps qui l'a finalement lâché dans la dernière ligne droite. Incapable de bouger son épaule lors des ultimes points disputés, il a terminé son histoire sous l'ovation nourrie d'un court Philippe-Chatrier où il a écrit plusieurs des plus belles pages de sa longue (et riche) carrière. Elles lui ont été rappelées par les supporters, mais aussi par le gratin du tennis français et international, lors d'une émouvante cérémonie. Cette formidable communion avec le public, son public, est la dernière image que l'on retiendra du Manceau dans son jardin, Porte d'Auteuil. "Merci Roland, merci monsieur tennis, je t’aime", a-t-il lancé, la gorge serrée.

L'un des plus grands joueurs de tennis français de l'histoire

C'est un monument du tennis français - et même mondial - qui tire sa révérence à 37 ans. 261 semaines dans le top 10 à l’ATP, 308 semaines comme numéro 1 français au classement mondial, 121 victoires lors des tournois du Grand Chelem - plus haut total pour un joueur français  -, plus de 700 matchs disputés pour 467 victoires, 45 victoires contre le Top 1018 titres gagnés (seul Yannick Noah, en son temps, a fait mieux côté tricolore)... les chiffres font tourner la tête mais ne disent pourtant pas tout de la carrière de "Jo". Tête d'affiche d'une génération française dorée, à l'époque où le "Big Three" a dominé le tennis mondial, il a su se faire une place de choix dans le panthéon de son sport. Et dans le cœur du public. 

Tsonga lors de son brillant succès contre Nadal en demi-finale de l'Open d'Australie 2008. - PETER PARKS / AFP

Ses adieux furent finalement une savante synthèse de sa longue présence sur le circuit ATP. De longues années où se sont mêlés parcours légendaires - avec une finale en Grand Chelem, à l'Open d'Australie 2008, après avoir atomisé Nadal au tour précédent -, moments de bonheur extatique - comme sa semaine hors du temps au Master 1000 de Toronto, en 2014 -, victoires marquantes - il est l'un des trois joueurs à avoir battu Federer, Djokovic et Nadal au moment où ils étaient numéro 1 mondiaux -, blessures en formes de crève-cœur et amères déceptions. 

Lire aussi

De son éclosion soudaine en 2007, après des années de quasi-anonymat, à sa révérence en ce jour de mai 2022, le voyage aura été long, tortueux mais surtout magnifique. 


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info