Victime d'une nouvelle commotion, Sébastien Vahaamahina contraint de mettre fin (prématurément) à sa carrière

par M.G
Publié le 6 mai 2023 à 17h11
JT Perso
Comment désactiver votre Adblocker
  • Cliquez sur l'icône de votre Adblocker installé dans votre navigateur. En général elle se trouve dans le coin supérieur droit de votre écran. Si vous utilisez plusieurs adblockers, veillez à bien tous les désactiver pour pouvoir accéder à votre vidéo.
  • Suivez les instructions indiquées par votre Adblocker pour le désactiver. Vous devrez peut-être sélectionner une option dans un menu ou cliquer sur plusieurs boutons.
  • Lorsque votre Adblocker est désactivé, actualisez votre page web.
  • Remarque : Si vous utilisez le navigateur Firefox, assurez-vous de ne pas être en navigation privée.
adblock icone
Un bloqueur de publicité empêche la lecture.
Veuillez le désactiver et réactualiser la page pour démarrer la vidéo.

Source : Sujet TF1 Info

Victime de commotions cérébrales à répétition, Sébastien Vahaamahina a annoncé vendredi sa retraite de sportif professionnel.
L'ancien international français en a profité pour critiquer son club de Clermont pour la gestion de ce type de symptômes.

Une fin en eau de boudin. Blessé depuis le 10 décembre dernier, et un match de coupe d'Europe contre les Stormers (24-14), Sébastien Vahaamahina a annoncé vendredi, avec amertume, se retirer du sport professionnel. "Je pense que c'est terminé", a-t-il lâché lors d'un entretien fleuve dans les colonnes de L'Équipe. "Les médecins du club me disent que c'est trop et qu'ils sont favorables à un arrêt de carrière", ajoute-t-il, disant comprendre "que c'est dangereux de retourner sur un terrain de rugby".

Souvent diminué physiquement et globalement peu performant depuis de longs mois, le deuxième ligne a été victimes de multiples commotions cérébrales aux conséquences catastrophiques pour sa santé. Lors de son dernier match avec le maillot auvergnat, il a subi sa "dixième en six ans". "Il y en a eu d'autres mais elles n'ont apparemment pas été enregistrées dans mon dossier médical", souligne-t-il. 

J'ai cru que j'allais mourir

Sébastien Vahaamahina

Or, "j'ai des symptômes de plus en plus fort après chaque commotion, avec un impact sur ma vie de joueur de rugby professionnel mais aussi sur ma vie privée", détaille l'international français aux 46 sélections, confronté à des "maux de tête, des vertiges, de la fatigue". "Après plusieurs examens médicaux, on m'a expliqué que j'avais une brèche dans le crâne et que du liquide céphalo-rachidien s'échappait", complète-t-il auprès de nos confrères. Hospitalisé pendant plusieurs jours, le joueur de 31 ans a "cru qu'il allait mourir, ne plus jamais remarcher"

Au-delà de ces difficultés sur le plan physique, Sébastien Vahaamahina dénonce le comportement de son club, l'ASM Clermont-Auvergne. "J'ai joué neuf ans à Clermont. Neuf ans d'un engagement sans faille pour l'ASM et, aujourd'hui, j'ai honte pour mon club alors que mon licenciement pour inaptitude est en cours", fustige-t-il. "J'ai dit aux dirigeants qu'ils avaient tous gâchés, comme s'ils avaient tout effacé. J'étais programmé pour jouer, pour tout donner et performer. Eux devaient et doivent nous protéger", grince-t-il, pointant des "délais de repos après commotions (qui) n'ont pas été respectés". 

Quand on est foutu, on part à la casse

Sébastien Vahaamahina

"Ils sont pressés d'en finir avec moi. Tout cela est injuste. Ils n'assument pas. On est comme des voitures pour eux. Et quand on est foutu, on part à la casse", s'étrangle-t-il. "(Je souhaite) simplement qu'ils reconnaissent leurs responsabilités et qu'ils honorent leurs engagements contractuels" mais "j'ai compris que l'ASM avait sûrement autre chose à faire que de s'occuper de ses vieux soldats", conclut-il. 

Pas une première à l'ASMCA

De son côté, le club auvergnat affirme avoir reçu un courrier de la Fédération Française de Rugby concluant "à la nécessité d'un arrêt définitif de la pratique du rugby". "Prenant acte" de cette décision, l'ASM assure que "le suivi médical de ses joueurs a toujours été et demeure une priorité absolue"

Lire aussi

Ce n'est pas la première fois que le club auvergnat est pointé pour sa mauvaise gestion des commotions cérébrales, un fléau de plus en plus courant dans le rugby actuel. Jamie Cudmore et Alexandre Lapandry, ex-deuxième et troisième ligne, ont ainsi déposé plainte contre le club pour "mise en danger de la vie d'autrui". L'ancien pilier des All Blacks Carl Hayman ou l'ex-talonneur du XV de la Rose Steve Thompson se sont également récemment plaints de manquements de la part des autorités compétentes en la matière. 


M.G

Tout
TF1 Info