XV de France : Jonathan Danty, ce si précieux bulldozer des Bleus

Publié le 22 février 2023 à 8h00, mis à jour le 23 février 2023 à 8h31

Source : Sujet TF1 Info

Devenu indiscutable depuis la prise de fonction de Fabien Galthié, Jonathan Danty a raté le début du Tournoi des Six nations en raison d'une blessure au genou.
Après une convalescence menée tambour battant, le centre rochelais, appelé dans le groupe élargi avant le match contre l'Écosse, s'approche d'un retour en sélection.
Une excellente nouvelle pour le XV de France, bousculé dans sa zone contre l'Italie et l'Irlande.

Il est (déjà) de retour. Blessé au genou droit, et plus particulièrement au ligament croisé postérieur, à la fin de l'année 2022, Jonathan Danty a fait son retour sur les terrains avec près d'un mois d'avance par rapport au diagnostic initial. Refusant de se faire opérer, il s'est employé pour réparer les tissus endommagés. Un travail qui a porté ses fruits puisqu'il a pu jouer une quarantaine de minutes avec son club de La Rochelle, lors du déplacement victorieux à Castres (17-32). Une poignée de mètres gagnés et quelques placages assénés ont suffi à convaincre le staff de l'équipe de France de le rappeler dans le groupe élargi (42 éléments) en vue du match contre l'Écosse (dimanche 26 février, 16h, en direct sur TF1Info).

Seulement 18 sélections du haut de ses 30 ans

Il faut dire que l'absence de l'ancien Parisien s'est fortement ressentie en ce début de Tournoi des Six nations. Contre l'Italie d'abord, où Juan Ignacio Brex a mis au supplice la paire Gaël Fickou-Yoram Moefana, puis contre l'Irlande, où sa densité physique a cruellement manqué, les Bleus ont souffert au centre du terrain. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si la première défaite du XV de France depuis près de deux ans et un revers 23-27 contre... l'Écosse (en mars 2021), est survenue en son absence.

Du haut de ses 18 capes, il s'est imposé comme l'un des cadres de la sélection tricolore. Ce nouveau statut, venu sur le tard pour un joueur âgé de 30 ans, coïncide avec la prise de fonction de Fabien Galthié, qui en a fait l'un de ses hommes de base quand son prédécesseur, Guy Novès, l'avait, lui, plutôt placardisé, après ses premières sélections dès 2016. 

Un pur produit de la capitale

Passé par l’ASPTT Paris Île-de-France et le Paris Université Club, Jonathan Danty a rapidement été repéré par le Stade Français. Après avoir rejoint le club de la capitale à l'âge de 16 ans, il fait ses débuts professionnels trois ans plus tard, en 2011. Près de 200 matchs avec la tunique rose - avec à la clé des titres en championnat de France (2015) et en Challenge européen (2017) - plus tard, il se lance dans un nouveau projet, du côté de La Rochelle, à l'été 2021.

La mayonnaise prend vite en Charente-Maritime si bien que les "jaune et noir" s'adjugent leur premier titre européen la saison suivante après un parcours immaculé et une finale d'anthologie contre le Leinster (24-21). Malgré une succession de pépins physiques, il a su se mettre au niveau au moment où son équipe en avait le plus besoin, jusqu'à soulever le trophée. 

C'est une revanche sur tout ce que j'ai pu entendre, sur le fait que je ne pouvais rien faire d'autre que de rentrer dans un mur
Jonathan Danty

En club comme avec le maillot de l'équipe nationale, le premier centre fait parler ses qualités physiques et sa polyvalence. Considéré comme un joueur stéréotypé à ses débuts - avec beaucoup de "rentre-dedans" - il a su diversifier son jeu pour s'imposer au plus haut niveau. Toujours aussi dynamique sur ses appuis (et efficace sur ses percussions), il a ajouté vision de jeu et passe tranchante à son arsenal. Il est, en plus, passé maître dans la faculté à passer le ballon après contact. S'il n'est pas toujours parfait, son jeu au pied s'est également largement bonifié au fil des années. "C'est une revanche sur tout ce que j'ai pu entendre, sur le fait que je ne progressais plus, que je n'étais pas si bon que ça, que je ne pouvais rien faire d'autre que de rentrer dans un mur", se félicitait le principal intéressé sur Eurosport, en avril dernier. 

Indispensable en défense, Jonathan Danty est aussi l'un des fers de lance de l'attaque des Bleus.
Indispensable en défense, Jonathan Danty est aussi l'un des fers de lance de l'attaque des Bleus. - Geoff Caddick / AFP

Un maillon indispensable pour la première étoile ?

Tout cela étant dit, c'est probablement en défense que le colosse (1m81 pour 110 kg) marque le plus ses adversaires. Sa science du placage et sa faculté à faire reculer son vis-à-vis en font le véritable métronome de la ligne de trois-quarts. Il a, par ailleurs, su se rendre indispensable grâce à son intense abattage dans les rucks, dans lesquels il gratte régulièrement le ballon. "Jonathan Danty est un joueur dominant physiquement, altruiste, très bon en défense, très fort au sol", détaille Fabien Galthié, le sélectionneur français. 

Devenu père en novembre dernier, ce qui ne l'avait pas empêché de croiser le fer contre les champions du monde sud-africains, il apporte aussi sa fraîcheur mentale et un état d'esprit irréprochable. "Dans ce cas-là, vous avez des forces incroyables. Vous avez un potentiel décuplé et vous donnez beaucoup de force à votre équipe autour", estimait le manager tricolore, Raphaël Ibanez, à l'automne dernier. Plus globalement, "c'est un super joueur", résume l'ancien entraîneur de l'Union Bordeaux-Bègles. Une pièce maîtresse dont les Bleus auront, sans nul doute, grandement besoin pour espérer remporter la première Coupe du monde de leur histoire (8 septembre-28 octobre 2023).


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info