Affaire Peng Shuai : imbroglio autour du sort de la joueuse de tennis chinoise

Open d'Australie : les tee-shirts "Où est Peng Shuai ?" finalement autorisés

Y.R
Publié le 25 janvier 2022 à 11h30, mis à jour le 25 janvier 2022 à 15h12
JT Perso

Source : TF1 Info

D'abord interdits, les tee-shirts floqués au nom de Peng Shuai sont de nouveau admis à l'Open d'Australie.
Les spectateurs pourront afficher leur soutien à la joueuse chinoise, tant qu'ils sont "pacifiques".
Les organisateurs du tournoi avaient déclenché une controverse en demandant à des fans de les retirer.

"Où est Peng Shuai ?" À l'Open d'Australie, la question a suscité la polémique. Des spectateurs ont été empêchés, dimanche 23 janvier, d'afficher publiquement leur soutien à la joueuse chinoise. Le 2 novembre 2021, l'ancienne numéro 1 mondiale du double a accusé un haut dignitaire du régime d'un rapport sexuel "forcé", avant de se volatiliser pendant trois semaines. 

Ses réapparitions en public n'ont depuis pas rassuré les fans sur sa sécurité, qui ont pris l'habitude d'arborer le hashtag #WhereIsPengShuai en tribunes. Jusque-là, cela n'avait pas posé de problème, jusqu'à une vidéo devenue virale, montrant des agents de sécurité demander à une spectatrice d'enlever son tee-shirt, sur lequel était inscrit le mot-clé, puis confisquer une bannière.

Une interdiction justifiée au motif que le première Majeur de la saison "n'autorise pas les vêtements, banderoles ou pancartes politiques", selon un porte-parole de la Fédération australienne de tennis. Cette décision, qualifiée de "pathétique" par la légende Martina Navratilova, du haut de ses 18 titres en Grand Chelem, a été épinglée par le gouvernement et les médias australiens. "Il semble qu'il n'y ait aucune raison valable de demander à un participant d'enlever un t-shirt qui met en évidence un problème de droits de l'homme", a ainsi déclaré l'avocat spécialiste Michael Stanton, remettant en cause la légalité de cette requête.

Le volte-face des organisateurs

Sous pression, Tennis Australia a finalement fait volte-face, mardi 25 janvier. Les tee-shirts pro-Peng Shuai sont désormais autorisés au Melbourne Park. "Il y a eu des incompréhensions pour certaines personnes qui ne sont pas ici et ne connaissent pas vraiment la vue d'ensemble", a indiqué à The Age le patron de l'Open d'Australie Craig Tiley, qui est aussi le président de la Fédération australienne. "Ce que nous avons dit, c'est que si quelqu'un vient sur place avec l'intention de perturber et d'utiliser l'Open d'Australie comme une plateforme pour lui-même et perturbe le confort et la sécurité de nos fans, alors il n'est pas le bienvenu."

"Ce qui ne va pas, c'est si quelqu'un apporte une grande bannière et qu'elle est attachée à de gros poteaux. (...) Nous ne pourrons pas autoriser cela", a-t-il ajouté, invoquant des raisons de sécurité. "Cependant, si quelqu'un veut porter un tee-shirt et faire une déclaration sur Peng Shuai, c'est bien", "à condition que (les spectateurs en question) soient pacifiques et ne débarquent pas comme une foule hostile pour semer le désordre." Les agents de sécurité sont chargés de juger des situations, au cas par cas. 

De nouveau autorisés, les tee-shirts floqués au nom de Peng Shuai ont déjà refait leur réapparition dans les travées de la Rod Laver Arena. Ils devraient être encore plus nombreux d'ici à la fin du tournoi. En réaction à la première interdiction, un militant australien en faveur des droits humains a récolté plus de 18.000 dollars australiens (plus de 11.000 euros) sur la plateforme GoFundMe pour réimprimer en grand nombre les mêmes tee-shirts, préalablement interdits par les organisateurs, et les distribuer aux spectateurs, lors de la finale du tableau féminin, samedi 29 janvier. Avec un objectif clair : "faire du bruit" pour "aider Peng Shuai"


Y.R

Tout
TF1 Info