Novak Djokovic a écrit une nouvelle page de sa très riche histoire en remportant, dimanche, la finale de Roland-Garros contre Casper Ruud (7-6 (1), 6-3, 7-5).
Le Serbe, qui va retrouver sa place de N.1 mondial, trône au sommet de son sport.

"Quand je me lève le matin et que je pense à la saison, à ce que je veux accomplir, ce sont les tournois du Grand Chelem qui me motivent le plus", avait prévenu Novak Djokovic après sa victoire dans le choc des générations, contre Carlos Alcaraz, en demi-finale de Roland-Garros. Force est de constater que le Serbe, encore monstrueux mentalement ce dimanche 11 juin contre Casper Ruud, n'a pas menti. Comme lors de l'Open d'Australie plus tôt dans l'année, le natif de Belgrade a encore dominé la concurrence de la tête et des épaules pour s'imposer sur l'ocre parisien. Malgré un match de très bonne facture, son adversaire norvégien, qui disputait sa troisième finale majeure (pour aucune victoire), n'a pu que constater les dégâts, s'inclinant en trois manches (6-7 (1), 3-6, 5-7). 

Avec cette nouvelle victoire, "Djoko" rentre, encore un peu plus, dans l'Histoire. Et il ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. "Je suis très motivé, très inspiré pour continuer à faire l’histoire de ce sport. Je me sens bien dans mon corps, je me sens bien à jouer au tennis", a assuré le principal intéressé.

23

Avec ce titre à Roland-Garros, Novak Djokovic remporte son 23e Grand Chelem. Un chiffre ahurissant qu'il est le premier joueur à atteindre. Il devance désormais ses grands rivaux Rafael Nadal (22) et Roger Federer (20). Il compte même neuf sacres de plus que son quatrième poursuivant, Pete Sampras (14), dont la marque a, un temps, parue intouchable. Pour la première fois depuis le début de sa longue et riche carrière, "Nole" trône, seul, tout en haut. 

Novak Djokovic tout en haut du tennis masculin.
Novak Djokovic tout en haut du tennis masculin. - Thomas SAMSON / AFP

Seules Serena Williams (23 Majeurs) et Margaret Court (24), chez les femmes, tiennent encore la comparaison avec le Serbe. Pour l'instant. "Je vais chercher à gagner Wimbledon encore une fois. J’ai gagné les quatre derniers Wimbledon, je me sens bien sur l’herbe", a-t-il prévenu après avoir soulevé la Coupe des Mousquetaires. "Je me sens bien cette année, j’ai gagné les deux Grands Chelems que j’ai joués. Alors pourquoi pas ?", a-t-il ajouté. 

À noter que "Djoko" a atteint la finale lors de 34 Grand Chelem (pour 69 disputés, soit 48,6%). Personne n'a, là encore, fait mieux. 

3

Ce succès est synonyme d'un autre record pour le droitier au revers ravageur. Il devient, en effet, le premier tennisman à s'imposer à trois reprises, ou plus, dans chaque Grand Chelem. Il totalise dix succès (!) à l'Open d'Australie, trois à Roland-Garros, sept à Wimbledon et trois à l'US Open. Rafael Nadal n'a, lui, gagné "que" deux fois en Australie et sur le gazon londonien. De son côté, "Rodgeur" n'a triomphé qu'une seule année Porte d'Auteuil. Par ailleurs, Roy Emerson et Rod Laver ont levé les bras à deux reprises ou plus dans chacun de ces tournois. 

92

Non content de dépasser Rafael Nadal en nombre de Grands Chelems, le natif de Belgrade a accompli cet exploit à Paris, sur les terres de Rafael Nadal. "Ce n'est pas une coïncidence que je gagne le 23e ici, à Paris. Ce tournoi a été le plus dur de ma carrière à gagner", a-t-il lancé après avoir brandi le trophée. Cette campagne victorieuse lui permet ainsi de porter à 92 son nombre de succès dans les Internationaux de France, soit 20 de moins que le "taureau de Manacor". Il s'agit tout simplement de la cinquième meilleure marque dans un même Majeur, derrière Nadal donc (112 à Roland-Garros), Roger Federer (105 à Wimbledon et 102 à l'Open d'Australie) et Jimmy Connors (98 à l'US Open). 

La hargne de Novak Djokovic, en rendez-vous avec l'histoire.
La hargne de Novak Djokovic, en rendez-vous avec l'histoire. - JULIEN DE ROSA / AFP

36

Du haut de ses 36 ans et 20 jours, Djokovic est devenu le joueur le plus âgé de l'Histoire à aller au bout sur l'ocre parisien. L'an passé, Rafael Nadal s'était adjugé ce record en l'emportant... à 36 ans et deux jours. Si son physique ne l'abandonne pas, le Serbe pourrait s'offrir le record absolu dans un Grand Chelem, aujourd'hui détenu par l'Australien Ken Rosewall (37 ans, deux mois et un jour à l’Open d’Australie en 1972). 

Autre signe d'une longévité exceptionnelle, quinze années séparent la première (Open d'Australie en 2008) et la dernière consécration (Roland-Garros 2023) du "Djoker". 

388

En récupérant lundi la première place mondiale, le joueur serbe va entamer une 388e semaine passée au sommet de la hiérarchie mondiale. Cela représente plus de 2700 jours. Il va ainsi creuser l'écart sur ses principaux poursuivants, à savoir Roger Federer (310), Pete Sampras (286), Ivan Lendl (270), Jimmy Connors (268) et Rafael Nadal (209). 

En plus, il est déjà le tennisman qui a terminé le plus d'années (7) à cette position. 

Mais aussi...

Déjà l'un des deux seuls joueurs ayant réussi un Grand Chelem étalé sur deux années calendaires, avec Donald Budge (en 1937-38), Novak Djokovic vise le Grand Chelem calendaire. S'il parvient à s'imposer à Wimbledon et à l'US Open en cette fin de saison, il accomplirait une prouesse que seul Rod Laver a réussie dans l'ère Open (en 1969). 

Celui qui est un des meilleurs relanceurs de l'histoire a aussi dans le viseur les 369 matchs gagnés en Grand Chelem de Roger Federer. Pour l'heure, il en compte 348. Il peut aussi rattraper le Suisse en nombre de tournois remportés sur le circuit principal (94 contre 103). Quoi qu'il en soit, "je suis sûr qu'il essayera de gagner encore plus. Je crois qu'il n'en a pas encore fini", estime Casper Ruud, adversaire malheureux d'un soir, emporté par le souffle de l'Histoire. 


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info