Le Graët démissionne : trois choses à savoir sur Philippe Diallo, président par intérim de la FFF

Publié le 11 janvier 2023 à 15h36, mis à jour le 28 février 2023 à 11h34

Source : TF1 Info

Acculé, Noël Le Graët a démissionné mardi de ses fonctions de président de la Fédération française de football.
Philippe Diallo, qui avait déjà pris le relais depuis la mise en retrait du Breton en janvier dernier, assurera l'intérim.
Qui est-il ?

Noël Le Graët a fini par céder. Englué dans les polémiques après ses déclarations fracassantes à l'encontre de Zinédine Zidane et le rapport accablant de l'audit de l'Inspection générale de l'éducation, du sport et de la recherche (IGESR), le président de la Fédération française de football (FFF) a annoncé sa démission, ce mardi. Une décision approuvée par les autres membres du comité exécutif de l'instance. En attendant la suite, le pouvoir ne reste pas vacant : Philippe Diallo, 59 ans, va assurer l'intérim. Il devrait rester en place, au moins, jusqu'au 10 juin 2023, date de la prochaine assemblée fédérale. 

Proche des clubs professionnels

Passé par le FC Nantes dans sa jeunesse, diplômé en droit public et en droit des affaires, Philippe Diallo connaît bien le monde du ballon rond. Pendant 29 ans, entre 1992 et 2021, il dirige l'Union des Clubs Professionnels de Football (UCPF). En tant que patron de ce syndicat, il joue un rôle dans les réformes des transferts des joueurs, et est en première ligne en 2014 au moment de contester la fiscalité des clubs français, qu'il juge trop élevée. Il publie notamment un rapport pour épingler les charges sociales et patronales "les plus lourdes d'Europe", qu'il compare à "des boulets mis aux pieds de nos clubs", et qui expliquent le "décrochage du football français".

Depuis 2013, Philippe Diallo est également le patron du Conseil Social du Mouvement sportif (Cosmos), syndicat fédérant la très grande majorité des employeurs du sport (fédérations, clubs, associations, secteur commercial). À ce titre, il échange avec le président de la République Emmanuel Macron en 2020, au moment où le sport français se sentait délaissé et trop contraint par les restrictions contre le Covid-19. Il est par ailleurs juge unique à la chambre de résolutions des litiges de la Fifa, l'instance mondiale du football, depuis deux décennies.

Vice-président de la FFF depuis à peine un an

Influent en coulisses, Philippe Diallo n'était pas forcément destiné à prendre la tête de la FFF à court ou moyen terme. Son nom était plutôt revenu dans la presse en 2016 pour diriger la Ligue de Football professionnel (LFP), et ainsi succéder à Frédéric Thiriez, même s'il n'avait jamais fait acte de candidature. Il se tourne finalement vers la "3F" cinq ans plus tard, en 2021, aux côtés de Noël Le Graët.

Une fois élue la liste du dirigeant breton de 81 ans, Philippe Diallo devient trésorier au sein du Comité exécutif (Comex) de la Fédération. Un poste qu'il n'occupe que quelques mois, puisqu'il devient vice-président délégué en décembre 2021, en succédant à Brigitte Henriques, élue à la présidence du Comité national olympique et sportif français.

Fils d'un champion de France de boxe

S'il connaît par cœur les coulisses du football, Philippe Diallo a grandi dans l'univers du sport. Mais pas forcément du ballon rond. Son père, Souleymane Diallo, est un ancien champion de France de boxe, titre qu'il décroche à trois reprises. D'après la ville de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), lieu de naissance de Philippe Diallo, son père, qui a grandi au Sénégal, manque de peu de décrocher un titre de champion d'Europe en 1964, un an après la naissance du néo-président par intérim de la FFF.

Philippe Diallo, lui, privilégie le football, et porte les couleurs du FC Nantes dans sa jeunesse. "Il conserve un souvenir précieux de l'enseignement de Raynald Denoueix et de Jean-Claude Suaudeau, références majeures du jeu à la nantaise et de la formation française", raconte la FFF sur son site.


Idèr NABILI

Tout
TF1 Info