Tsonga : "Je me fais siffler dans mon propre pays..."

Le service METRONEWS
Publié le 21 novembre 2014 à 20h12
Tsonga : "Je me fais siffler dans mon propre pays..."
L'essentiel

FINALE - Jo-Wilfried Tsonga est déçu. Logiquement battu par Stanislas Wawrinka ce vendredi, en ouverture de la finale de la Coupe Davis, le tennisman tricolore a reproché au public lillois son manque de soutien. Ambiance...

Un peu bougon le Jo-Wilfried ? C'est ce que l'on pourrait penser après la conférence de presse tenue par le natif du Mans ce vendredi, au sortir de son échec logique face à Stanislas Wawrinka (6-1, 3-6, 6-3, 6-2). Alors qu'il pouvait offrir un point important à la France, en ouverture de la finale de la Coupe Davis qui se dispute ce weekend à Lille, le joueur tricolore n'a pas réussi à faire illusion face au numéro 4 mondial.

EN SAVOIR + >> Tsonga a tenu un set

"Stan a été bon aujourd'hui. Il a juste été meilleur que moi, a-t-il d'abord reconnu dans des propos relayés par l'Agence France Presse. Cela s'est joué sur des petites choses et à la fin, il y a eu un gros écart." Déçu, "JWT" a même concédé s'être "un peu relâché après avoir gagné le deuxième set et cela lui a permis (à Wawrinka, ndlr) de revenir dans le match."

"Personne ne dit rien, c'est énervant"

Mais alors qu'un journaliste lui a demandé s'il s'attendait à être plus encouragé par les spectateurs du Stade Pierre-Mauroy de Lille, le joueur de 29 ans n'a pas caché son incompréhension. "Lors de la présentation des équipes, on entendait plus le public suisse dans le stade que le public français. C'est un peu dur, a regretté Tsonga. Sur une balle litigieuse, je vais juste regarder la marque et je me fais siffler dans mon propre pays par les Suisses ! Et personne ne dit rien, c'est énervant. Mais c'est aussi à nous d'aller chercher le public français."

EN SAVOIR + >> Coupe Davis : ces tennismen français tombés amoureux de la Suisse

Sur cette dernière phrase, le Tricolore semble dans le vrai si l'on en croit l'immense soutien dont a bénéficié Gaël Monfils dans la foulée, lors de sa large victoire face à Roger Federer (6-1, 6-4, 6-3). Débordant d'envie, le Parisien de naissance a su gagner le soutien des 27 000 spectateurs, ce qui n'a, en effet, pas été le cas de Jo-Wilfried Tsonga.