Euro 2021 : l'Italie s'offre un 2e sacre

Équipé d'un défibrillateur, Eriksen peut-il espérer rejouer ?

Maxence GEVIN
Publié le 17 juin 2021 à 12h02
Christian Eriksen, plaque tournante de l'entrejeu danois lors de la dernière décennie.

Christian Eriksen, plaque tournante de l'entrejeu danois lors de la dernière décennie.

Source : HANNAH MCKAY / POOL / AFP

DÉCRYPTAGE - La fédération danoise a annoncé jeudi que Christian Eriksen allait être équipé d'un "défibrillateur automatique implantable" (DAI) après son grave malaise cardiaque contre la Finlande. Pourra-t-il rejouer au niveau professionnel avec cet équipement ?

Des nouvelles de Christian Eriksen. Le joueur de l'Inter Milan va se faire implanter un "défibrillateur sous-cutané", connu sous le sigle de DAI (défibrillateur automatique implantable) après son arrêt cardiaque lors de la rencontre de l'Euro entre le Danemark et la Finlande.  Dans un communiqué diffusé ce jeudi, la fédération danoise (DBU) précise que "cet appareil est nécessaire après une crise cardiaque du fait de perturbations du rythme" du cœur. Cette décision, lourde de conséquences, a été approuvée par le milieu danois et "confirmée par des spécialistes nationaux et internationaux qui recommandent ce même traitement". Toutefois, l'instance n'a donné aucune précision quant à la suite de la carrière du joueur de 29 ans. Mais alors, va-t-elle pouvoir se poursuivre au plus haut niveau ?

Probable fin de carrière professionnelle

Interrogé par LCI sur la possibilité de revoir Christian Eriksen dans un match de football professionnel, le professeur François Carré se montre assez pessimiste. Si la situation est suffisamment grave pour qu'on lui "place un défibrillateur", cela veut dire que le joueur Danois présente une "cicatrice importante" au niveau du cœur ou souffre "d'une maladie cardiaque qui favorise les arythmies". Dans ce cas, il est peu probable qu'il puisse continuer sa carrière du fait des "recommandations européennes". Selon le spécialiste en cardiologie et maladies vasculaires au CHU de Rennes, ces dernières empêchent un joueur d'avoir une "pratique du sport de compétition de haut niveau" lorsqu'il est équipé d'un tel stimulateur sous-cutané. "Encore plus quand le joueur a déjà fait un arrêt cardio-respiratoire", assène-t-il. 

"Eriksen est mort une fois, on a réussi à le réanimer, mais ça fait réfléchir". "Le pourcentage de chances pour qu'il rejoue un jour, s'il n'est pas nul, est faible", argue-t-il précisant qu'après un tel choc, le risque de récidive est important. "Dans un sport avec des contacts, des chocs au niveau de la poitrine, comme le foot", jouer avec une telle anomalie "reste exceptionnel", conclut le spécialiste en médecine du sport. 

L'exemple Daley Blind

Si la probabilité de revoir l'élégant milieu danois au plus haut niveau est faible, tout n'est pas encore perdu. L'exemple de Daley Blind peut notamment donner beaucoup d'espoir. Depuis le début de l'année 2020, le défenseur des Pays-Bas - qui souffre d'une inflammation du muscle cardiaque - vit avec un appareil qui lui permet de contrôler et réguler son rythme cardiaque. Pour autant, l'international Orange continue de jouer avec son club de l'Ajax Amsterdam (D1 néerlandaise). Il est même présent avec sa sélection, dont il est l'un des cadres, à l'Euro cet été. 

Lire aussi

Après la rencontre contre l'Ukraine, il a par contre avoué avoir "hésité à jouer". "Mais comme Christian a encouragé ses coéquipiers à reprendre le match, j'ai moi-même décidé de tenir mon rang. Et puis les médecins m'ont aussi assuré que j'étais en sécurité", avait-il indiqué à la chaîne NOS. À noter néanmoins que l'ancien Mancunien n'a, au contraire d'Eriksen, jamais fait d'arrêt cardiaque. Plus largement, il souffre d'une pathologie - myocardite - a priori moins grave que celle du N.10 du Danemark (arythmie), ce qui limite la comparaison.


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info