US Open : Gasquet s'offre un quart de finale de gala face à Federer

Adrien Chantegrelet
Publié le 8 septembre 2015 à 8h07
US Open : Gasquet s'offre un quart de finale de gala face à Federer
L'essentiel

TENNIS – En battant Tomas Berdych en quatre manches, Richard Gasquet s'est offert le luxe d'affronter Roger Federer en quart de finale. Le Français accède pour la deuxième fois de sa carrière à ce stade de la compétition du Grand Chelem américain.

Les Français vont bien, merci pour eux. Un jour après avoir vu Kristina Mladenovic et Jo-Wilfried Tsonga valider leur ticket pour les quarts de finale de l'US Open, Richard Gasquet a sûrement dû se dire qu'il aimerait bien en faire de même dans la nuit de lundi à mardi. Mission réussie. Malgré l'heure tardive – le match a débuté à 21h30 suite au marathon perdu par Andy Murray contre Kevin Anderson programmé juste avant – le Biterrois a eu les idées claires pour venir à bout de Tomas Berdych qu'il avait déjà battu à six reprises au cours de sa carrière.

Gasquet ne s'est jamais incliné lors d'un quart de finale de Grand Chelem

Gasquet avait pourtant mal débuté son huitième de finale contre le Tchèque, 6e au classement ATP, mais après la perte du premier set, il a pris le dessus, n'a plus été inquiété pour finalement l'emporter en quatre sets (2-6, 6-3, 6-4, 6-1) et s'est donc offert l'opportunité d'affronter Roger Federer, facile vainqueur de John Isner, en quart de finale. Deux ans après avoir atteint ce stade de la compétition sur ce même Grand Chelem, Gasquet peut donc rêver d’une deuxième demi-finale consécutive en Majeur, alors qu'il avait accédé au dernier carré à Wimbledon, il y a deux mois. Preuve d'une régularité retrouvée chez le poulain de Sébastien Grosjean et Sergi Bruguera.

A LIRE AUSSI >> Mladenovic atteint les quarts de finale de l'US Open

Et même si le 12e joueur mondial n'est jamais parvenu à battre Federer sur dur (8-0 pour le Suisse), il pourra toujours s'appuyer sur ses trois précédents quarts de finale remportés (Wimbledon 2007, US Open 2013, Wimbledon 2015), avant de s'incliner à chaque fois en demi-finale. En attendant, il laisse la pression sur les épaules du quintuple vainqueur de l'US Open, comme chez lui à New York. "Contre Roger, je n'ai rien à perdre, il faudra jouer mon meilleur tennis, mais il sera le favori", a-t-il conclu. On n’aurait pas dit mieux.