Le titre "Freed from desire" a été choisi par les Bleus dès leur premier match.
À quelques heures de la finale, la chanteuse Gala est arrivée au Qatar.
En cas de validation de la Fifa, elle pourrait se produire dans le stade si les Bleus l'emportent face à l'Argentine.

Le titre ne fait que 3 minutes et 30 secondes. 210 secondes qui ont suffi pour électriser tout le vestiaire des Bleus à l'issue du premier match de la Coupe du Monde... 210 secondes qui suffisent également pour faire danser l'ensemble des Français depuis plusieurs semaines. En quelques jours, la chanson Freed from desire de Gala s'est imposée comme l'hymne de la France durant ce Mondial au Qatar.

Si les paroles ont été quelque peu malmenées par les joueurs et les supporters, la chanteuse ne leur en tient pas rigueur. Au micro de TF1, elle l'assure : "Ils chantent plutôt bien".  Il faut dire que la star des années 1990 est heureuse de ce retour en grâce pour une musique finalement taillée (presque sur-mesure) pour le sport. 

Et pourtant. La philosophie de ce titre, si l'on s'en tient aux paroles, parait bien éloignée du monde du football. "J’ai écrit la chanson à New York, en observant les disparités entre les riches et les pauvres, entre les puissants et les gens ordinaires, entre les célébrés et les abandonnés", expliquait la chanteuse en 2021 dans un entretien accordé au magazine Trax. "Et j’ai compris une chose : le bonheur est rarement lié à la richesse."

"Cette chanson est, en elle-même, l'essence de mon état d'esprit : la résilience. Donc, quand je vois un joueur marquer un but puis traverser tout le terrain... Ce fut mon état d'esprit ces 25 dernières années", confie l'interprète. D'une certaine manière, elle affirme "ne pas être surprise" par le succès de sa chanson.

Est-ce que je fais la différence en venant ici (...) ou en restant à la maison ?
La chanteuse Gala au sujet de sa venue au Qatar

Un morceau de dance choisi, qui plus est, par un joueur qui n'était pas encore né au moment de sa sortie, en 1997 : Aurélien Tchouaméni. "Tout le monde connaît cette musique-là. Je savais qu'à partir du moment où je la mettais, ça allait créer un petit truc", avait-il confié début décembre face aux journalistes de TF1.

Autre paradoxe, la chanteuse a été invitée pour interpréter cet hymne de la communauté LGBT... Dans un pays où les droits des homosexuels sont bafoués. Dans ce reportage du 20H de TF1, elle s'en défend. "Est-ce que je fais la différence en venant ici, en chantant, en rencontrant des gens, en montrant mon visage et en propageant mon message, ou, est-ce que je changerais davantage les choses en restant à la maison", interroge-t-elle, à l'adresse des détracteurs du Mondial

Un message qu'elle pourrait porter dans le stade de Lusail, à Doha, dimanche 18 décembre, en cas de victoire des Bleus face à l'Argentine. Il n'en reste pas moins que cette "soirée de Gala" est encore en attente de validation de la part de la Fifa. Verdict dimanche 18 décembre, à l'issue du match, sur TF1.


Benoît Leroy | Reportage : Alison Tassin, Alix Ponsar et Hélène Massiot

Tout
TF1 Info