La Coupe du monde 2022 sur TF1

Coupe du monde 2022 : absents en 2018, comment les Pays-Bas se sont-ils relancés ?

par Maxence GEVIN
Publié le 21 novembre 2022 à 9h00
JT Perso

Source : JT 20h WE

Vice-champions du monde à trois reprises dans leur histoire, les Pays-Bas ont mangé leur pain noir ces dernières années.
Absents du Mondial en Russie en 2018, ils sont également sortis par la petite porte lors de l'Euro 2020.
Revenu aux affaires, l'inoxydable Louis Van Gaal a relancé, de manière spectaculaire, les "Oranje".

Le phœnix néerlandais. Géants du football mondial (3 finales de Coupe du monde, un titre de champion d'Europe), les Pays-Bas ont connu une succession de mauvais résultats ces dernières années. Ils n'ont pas su tirer profit de leur belle troisième place au Brésil, en 2014. Les Néerlandais ont ainsi successivement manqué l'Euro 2016 et la Coupe du Monde 2018. Une anomalie pour cette sélection. Depuis, ils ont atteint la finale de la Ligue des nations 2019, qui a quelque peu sauvé les apparences, et les huitièmes de finale de l'Euro 2020 (défaite 0-2 contre la République Tchèque). 

Le retour gagnant de Louis Van Gaal

Le retour de Louis Van Gaal aux commandes - son troisième mandat à la tête des Oranje après 2000-2001 et 2012-2014 - a totalement changé la dynamique de cette équipe. Sous sa houlette, les coéquipiers de Memphis Depay ont enchaîné les succès et sont toujours invaincus (11 victoires et 4 matchs nuls). La Turquie (6-1), le Danemark (4-2), la Belgique (1-4, 1-0) ou encore la Pologne (0-2) ont subi les foudres des Bataves retrouvés (et déchaînés). Après avoir validé leur billet pour le Qatar, ils ont survolé la phase de poules de la Ligue des nations 2022-2023 et se sont qualifiés pour le dernier carré de la compétition (14-18 juin 2023). 

Solidité défensive avant tout

Au-delà des résultats, les Pays-Bas ont retrouvé une véritable cohérence tactique. Peu importe le système - tantôt en 4-3-3, tantôt en 3-5-2, tantôt en 3-4-1-2 -, ils ont posé à leurs adversaires une équation impossible à résoudre. Ils appuient d'abord sur une défense solide, exploitant à merveille les qualités des Virgil Van Dijk, Nathan Aké ou encore Matthijs De Ligt. Derrière, les profils sont complémentaires et diversifiés. 

La charnière centrale est, en plus, bonifiée par les qualités des joueurs de côté, qui jouent un rôle clé dans l'animation de "LVG". En plus de contribuer à l'imperméabilité de la défense (13 buts encaissés en 15 matchs), ils se montrent décisifs dans la surface adverse. Denzel Demfries compte, par exemple, 3 buts et 2 passes décisives sur cette période. Le seul hic est à rechercher dans les cages, où les Néerlandais manquent de certitudes. D'ailleurs, Remko Pasveer (seulement 2 capes à 39 ans) devrait être titulaire à ce poste, au Qatar

Un cran plus haut, le rôle du Barcelonais Frenkie De Jong est central pour faire le lien entre défense et attaque. Son activité et sa créativité sont tout simplement indispensables. Le duo de l'Atalanta Teun Koopmeiners et Marten de Roon amènent, eux, de l'équilibre dans un onze résolument bâti pour exploiter au mieux les attaques rapides. À noter aussi la curiosité Xavi Simons (19 ans, 0 sélection), auteur d'une énorme première partie de saison au PSV après son départ du PSG, qui pourrait apporter de la vivacité et de la technique en sortie de banc. 

Des options en attaque mais attention...

Tout ce beau monde est chargé d'alimenter Memphis Depay, en délicatesse du côté de Barcelone mais toujours décisif en sélection (42 buts, 30 passes décisives). Très incertain pour le premier match contre le Sénégal, il va porter une grande partie des espoirs néerlandais sur ses épaules. Heureusement, il peut aussi compter sur la fusée Cody Gakpo (13 buts et 17 passes décisives cette saison), ardemment courtisé par la Premier League anglaise l'été dernier, et sur le toujours très percutant Steven Bergwijn (8 buts en 11 matchs cette saison avec l'Ajax Amsterdam). 

Les expérimentés Vincent Janssen, Luuk de Jong, Wout Weghorst ainsi que le jeune Noa Lang (23 ans) donnent des options supplémentaires à Louis Van Gaal (71 ans), qui dispute la dernière compétition de sa riche carrière d'entraîneur (Barcelone, Bayern Munich, Ajax, Manchester United...). 

Lire aussi

Une chose est sûre : sous l'impulsion d'une nouvelle génération talentueuse, les Oranje ont (re)trouvé un bel équilibre collectif. Un savant mélange de jeunesse et d'expérience, de technique et d'explosivité, de solidité et d'ambition. Suffisant pour aller (très) loin ? Le sélectionneur batave veut, en tout cas, y croire. "Nous n’avons pas les meilleurs joueurs de la terre mais je crois dans l'esprit d'équipe et la tactique. Je pense qu'on peut avoir de grands objectifs, si on a de la chance", glissait-il, à quelques jours de l'entrée en lice des siens contre le Sénégal (lundi 21 novembre à 17h, en direct commenté sur TF1 Info). "Si je parle de pouvoir être champion du monde à la fin du tournoi, c'est parce que nous avons les joueurs qui peuvent mettre en œuvre les plans de l'entraîneur", conclut-il. 


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info