Le 13H

VIDÉO - Coupe du monde de babyfoot : près de 1 000 athlètes s'affrontent à Nantes

Léa Tintillier | Reportage TF1 Marine Giraud, Xavier Baumel, Manon Modicome
Publié le 1 juillet 2022 à 15h17
JT Perso

Source : TF1 Info

Le championnat du monde de babyfoot se déroule à Nantes cette semaine.
Pour l’occasion, près de 1000 athlètes sont venus des quatre coins du monde.
Les visiteurs ne résistent pas non plus à l’appel du baby.

La salle du championnat du monde de babyfoot résonne des balles qui rebondissent et des bruits des barres métalliques qui tournent et tirent. Les joueurs, eux, sont concentrés. Jorge est spécialement venu du Pérou pour jouer. "Je viens de très loin. J’ai fait presque quinze heures d’avion pour être ici. C’est un sport sérieux. On vient de si loin avec un objectif : gagner", témoigne-t-il. 

Tom, le jeune Normand, a remporté le match contre Jorge. Pour lui, cette compétition est cruciale. "C’est un peu l’aboutissement de tout ce que j’ai fait jusqu’à maintenant. Ça doit faire depuis mes douze ou treize ans, pratiquement six ans que j’y joue, et ça doit faire quatre ans que j’en fais vraiment sérieusement", explique Tom. 

Près de 1000 athlètes s’affrontent à Nantes cette semaine. Tous viennent des quatre coins du monde. Pascal vient d’arracher une victoire à son adversaire allemand, non sans effort. "C’est un sport. On a l’image du café, la cigarette, la bière à côté… Pas du tout ! Mentalement, c’est très dur. On ne pleure pas, mais on laisse beaucoup de sueur sur le babyfoot", affirme-t-il. 

Réunir les générations autour d’un baby

Le babyfoot est un sport avec son jargon et ses techniques. À ce propos, Chantal met un terme au débat séculaire. "La roulette, vous y avez le droit seulement si vous ne faites qu’un tour de joueur et que vous ne lâchez pas votre barre", montre-t-elle, dans le reportage du 13H de TF1 en tête de cet article. 

Lire aussi

Les visiteurs ne résistent pas non plus à l’appel du baby. Dehors, Frédéric tente tant bien que mal de battre son fils, champion de France. "Lui, il joue sur une chaise depuis tout petit, à quatre ans chez moi. On essaie de faire une partie trois fois par semaine à peu près. Maintenant, je n’arrive plus à le battre. J’ai essayé, mais je n’y arrive plus", sourit Frédéric. Mais la revanche n’est pas loin, la belle viendra surement ensuite. Le babyfoot a cet atout irrésistible de réunir les générations autour d’une même table. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Marine Giraud, Xavier Baumel, Manon Modicome

Tout
TF1 Info