Crise à la fédération française de football : ce que contient le rapport qui accable Noël Le Graët

par La rédaction de TF1info TF1 | Reportage Jean-Marie Bagayoko
Publié le 31 janvier 2023 à 11h27

Source : JT 20h Semaine

Noël Le Graët n'a plus la "légitimité nécessaire pour administrer le football français".
C'est la conclusion du rapport provisoire de la mission d'audit commandé par le ministère des Sports.
Le document, transmis lundi aux dirigeants de la Fédération française de football pointe le comportement "au minimum sexiste" du président de la FFF.

C'est un document de 28 pages qui accable le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët. Lundi 30 janvier, le rapport provisoire de la mission d'audit sur la FFF, mené par l'Inspection générale de l'éducation, du sport et de la recherche (IGESR), et diligenté par le ministère des Sports à l'automne dernier, a été transmis aux dirigeants de la première fédération sportive de France. Et le texte n'épargne personne, pointant le comportement "au minimum sexiste" de Noël Le Graët et une "légitimité" perdue au sommet du football français.

Ni le président de la FFF, mis en retrait depuis le 11 janvier, ni sa directrice générale Florence Hardouin, mise à pied depuis la même date, ni même le comité directeur de l'instance ou son comité exécutif, ne résistent aux conclusions de ce rapport, provisoire et encore incomplet, dont le 20H de TF1 a pu consulter une copie.

Le Graët pourra-t-il résister à une nouvelle tempête ?

"La mission considère que, compte tenu de son comportement envers les femmes, ses déclarations publiques et les défaillances de la gouvernance de la FFF, M. Le Graët ne dispose plus de la légitimité nécessaire pour administrer et représenter le football français", peut-on lire au sujet du dirigeant de 81 ans, qui vit la période la plus délicate de son mandat démarré en 2011. Son attitude vis-à-vis des femmes "peut être qualifiée au minimum de sexiste", estiment les inspecteurs. La mission a par ailleurs recueilli des témoignages relatifs à des agissements du dirigeant breton "susceptibles de recevoir une qualification pénale".

Les inspecteurs, qui ont effectué le 13 janvier un signalement auprès de la procureure de la République de Paris, ont indiqué qu'ils transmettraient des éléments d'information supplémentaires à la justice. C'est sur la base de ce signalement que le parquet de Paris a ouvert une enquête pour harcèlement moral et sexuel à l'encontre du patron du foot français, mi-janvier. Après un automne marqué par les accusations de comportements inappropriés ou sexistes et un début d'année au rythme des polémiques (propos sur Zidane, enquêtes journalistiques...), Le Graët pourra-t-il résister à cette nouvelle tempête ? 

Toute une instance épinglée

Sollicitée, l'une de ses avocates n'a pas souhaité faire de commentaire dans la soirée de lundi. Mais jusque-là, celui que l'on surnomme le "Menhir" a démenti toutes les accusations de harcèlement, fustigeant ces derniers jours une "enquête administrative manifestement à charge". La FFF, gérée par intérim par le vice-président Philippe Diallo, a pour le moment choisi de temporiser. Elle "communiquera ses propres conclusions et décisions après la remise de l'audit définitif diligenté par le ministère des Sports", a réagi l'instance dans un communiqué. Ce rapport définitif et contradictoire est attendu mi-février, car les dirigeants (Le Graët, Hardouin, Diallo) ont jusqu'au 13 pour formuler des observations.

Ils auront du travail, car au-delà des reproches faits à Le Graët, c'est toute l'instance qui est épinglée sur sa politique de prévention et de lutte contre les violences sexuelles et sexistes, "ni efficace ni efficiente" selon les inspecteurs de l'IGESR. La mission, qui propose 18 recommandations à la FFF, assure que ce sujet "n'est pas une priorité déployée rationnellement par la FFF dans les territoires". 

Elle n'épargne pas non plus Florence Hardouin, la directrice générale depuis 2013, dont le management "peut être qualifié de brutal", mais pas de "harcelant". Ses relations avec Le Graët sont définies comme "toxiques". Les auditeurs de l'IGESR épinglent aussi le "Comex" de la FFF, essentiellement "un lieu de constats et de consensus" ne laissant "aucune place aux oppositions"... Quant au comité directeur (Codir), baigné dans une "ambiance sexiste et violente (...) jusqu'en 2020", il "joue davantage un rôle d'échanges d'informations que de pilotage stratégique".


La rédaction de TF1info TF1 | Reportage Jean-Marie Bagayoko

Tout
TF1 Info