Le WE

Du foot en apesanteur : quelles sont les règles du "drone soccer" ?

Léa Tintillier | Reportage TF1 Emma Vinzent, Nathalie Chiesa, Thomas Gathy
Publié le 12 juillet 2022 à 18h16
JT Perso

Source : JT 20h WE

Une équipe de France va pour la première fois participer aux championnats du monde de "drone soccer" en cette fin de semaine.
S’apparentant au Quidditch de la saga Harry Potter, cet e-sport est très populaire en Corée du Sud.
Mais comment y joue-t-on ?

Les 15 et 16 juillet prochains, pour la première fois, une équipe française va participer aux championnats du monde de drone soccer à Séoul. Ils s’appellent Denis, instructeur de drones dans l’armée, Richard, qui conçoit lui-même ses machines, Fabrice, Frédéric et Cédric. Tous sont passionnés d’aéromodélisme. 

Inspiré du football et rappelant le fameux Quidditch de la saga Harry Potter, ce sport, originaire d’Asie, est très populaire en Corée du Sud. L’objectif est de conduire son drone buteur à travers un anneau, appelé Donut, à trois mètres du sol, tout en contrant les attaques de l’équipe adverse. "Notre but, ça va être de trouver la stratégie d’évitement en se servant de l’attaquant comme une sorte de tank, qui me permettra moi, dès que j’ai une fenêtre de tir, de pouvoir marquer", explique Fabrice dans le reportage du 20H de TF1 en tête de cet article. 

Les collisions encouragées

Si d’ordinaire, ces pilotes hors pair font tout pour éviter le crash, ils sont ici beaucoup moins disciplinés. Les collisions sont encouragées pour infliger le plus de dégâts possibles à l’adversaire. Une partie se fait en trois manches de trois minutes, entrecoupées d’un temps mort pour réparer les dégâts. "Parfois, on perd des hélices en vol tellement le choc est violent. On a cinq minutes pour réparer le drone, le rafistoler parce qu’en cinq minutes, on ne peut pas faire des miracles", poursuit Denis. La durée totale d’un match de drone soccer est de 30 minutes. 

Pour rendre les drones toujours plus résistants, l’équipe conçoit elle-même des améliorations techniques dans son atelier. Richard Barbarin est le seul concepteur français de drones soccer. Se faire livrer des pièces de Corée est devenu difficile, il les fabrique donc par impression 3D. Des détails qui pourraient faire la différence pendant la compétition, où les cinq joueurs affronteront les meilleurs pilotes du monde. "On va être confrontés aux Japonais, aux Coréens, c’est un sacré challenge", se réjouit Richard. 

Cette discipline continue de se développer en France avec des modèles faciles à piloter. Une Fédération française doit être créée à la rentrée prochaine. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Emma Vinzent, Nathalie Chiesa, Thomas Gathy

Tout
TF1 Info