Bousculée, l'équipe de France a dompté le Maroc (2-0), mercredi en demi-finale de la Coupe du monde.
Les Bleus, dont l'expérience a fait la différence, retrouveront l'Argentine, dimanche en finale.
Un duel explosif entre deux places fortes du football mondial qui peuvent, chacune à leur manière, marquer l'histoire.

Une affiche trois étoiles, littéralement. Victorieuses respectivement de la Croatie (mardi, 3-0) et du Maroc (mercredi, 2-0), l'Argentine et la France ont validé leur billet pour la finale de la Coupe du monde. De quoi réveiller des souvenirs de 2018, lorsque les deux équipes avaient livré l'un des matchs les plus épiques de la compétition (4-3). Avec un dénouement similaire pour les Bleus ? Cela reste à voir face à un adversaire, en mission, qui ne lui réussit traditionnellement que très peu (7 victoires à 3, pour 2 nuls, en faveur des Sud-Américains). Toujours est-il que cette finale, même si elle n'a pas le même piquant d'un France-Brésil, ressemble au duel idéal entre deux superpuissances du football mondial. 

Le quatrième pays avec trois titres mondiaux

Toutes les deux titrées à deux reprises dans leur histoire, l'Argentine (championne du monde en 1978 et 1986) et la France (sacrée en 1998 et 2018) s'affrontent dimanche pour une troisième étoile. La sélection qui l'emportera dimanche (16h, en direct sur TF1 et en live commenté sur TF1Info) deviendra seule la quatrième plus titrée en Coupe du monde, derrière le Brésil (5 victoires), l’Allemagne et l’Italie (4 victoires). Les Bleus, qui ont atteint quatre des sept dernières finales (1998, 2006, 2018 et 2022) - soit au moins 2 fois de plus que toute autre nation sur la période - peuvent s'affirmer, encore un peu plus, comme la référence sur la scène internationale au XXIe siècle. L'Albiceleste, elle, va disputer sa sixième finale dans la plus belle des compétitions. Seuls l'Italie (6), le Brésil (7) et l'Allemagne (8) font au moins aussi bien. 

En parlant d'histoire, les joueurs de Didier Deschamps sont en train de l'écrire sous nos yeux. Avec son succès contre le Maroc, les tricolores deviennent le premier finaliste sortant à rallier une deuxième finale de rang depuis le Brésil en 1998. En l'occurrence, les coéquipiers de Ronaldo avaient participé à trois finales de rang, en atteignant aussi celle de 2002. "C'est incroyable de jouer deux finales de la Coupe du monde à la suite", s'est réjoui sur TF1 Théo Hernandez, buteur acrobatique contre le Maroc. Surtout, une victoire lors de l'ultime rencontre de cette compétition leur ouvrirait les portes d'un cercle très fermé : celui des champions parvenant à conserver leur titre. Seuls l'Italie (1934-1938) et le Brésil de Pelé (1958-1962) ont accompli une telle prouesse. Une première depuis 60 ans donc. 

Un Lionel Messi "maradonesque" ?

 De son côté, le peuple argentin attend (im)patiemment de goûter de nouveau au sacre plus de 35 ans après... et de trouver (enfin) le successeur au défunt Diego Maradona. Comme pour réparer une anomalie, Lionel Messi pourrait devenir cet héritier. La "Pulga", en très grande forme (5 buts et 3 passes décisives) et qui a annoncé que cette finale serait son dernier match dans une Coupe du monde, rêve de s'offrir une première étoile. Il s'agit d'ailleurs du seul titre majeur qui manque encore à son palmarès. "Messi est vraiment étincelant depuis le début de la compétition", a salué mercredi Didier Deschamps. Alors que le joueur de 35 ans va devenir dimanche le détenteur du record de matchs joués dans un Mondial - 26, une longueur devant Lothar Matthaüs -, il peut mettre un point final à une carrière internationale déjà exceptionnelle. 

Kylian Mbappé sur les traces du roi Pelé

Mais en face, la comète Kylian Mbappé ne l'entend pas sur cette oreille. Co-meilleur buteur du tournoi (5 réalisations également), le natif de Bondy compte bien gagner son match dans le match face à son coéquipier au PSG. Discret en quarts de finale puis en demies, il n'en reste pas moins une arme fatale. Sa vitesse constituera d'ailleurs l'une des principales menaces des Bleus face à la défense argentine, plus réputée pour sa rugosité dans les duels que pour sa rapidité. Sur les traces de Pelé, l'ancien Monégasque peut devenir le premier joueur de l'histoire à soulever à deux reprises le trophée suprême avant ses 24 ans. Un exploit que seul le "roi" - triple champion du monde au cours de sa carrière - est parvenu à accomplir en son temps.

La lutte à distance entre les deux hommes, qui marchent sur l'eau depuis le début de saison, sera, à n'en pas douter, (déjà) décisif pour le prochain Ballon d'or. Le vainqueur de ce duel prendra une énorme option sur cette distinction individuelle. C'est d'autant plus vrai qu'ils évoluent au sein du même club et donc que la Ligue des champions ne constituera pas (véritablement) un juge de paix. Cela promet un dernier feu d'artifice d'anthologie au Qatar. 

Suivez avec nous la finale, diffusée dimanche sur TF1 (13h) ainsi qu'en vidéo et en intégralité sur MYTF1.


Maxence GEVIN

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info