La Coupe du monde 2022 sur TF1

"Mais d'où sort ce gars ?" : Azzedine Ounahi, la promesse marocaine qui a bluffé Luis Enrique

Publié le 7 décembre 2022 à 13h07
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : JT 20h Semaine

Plus jeune titulaire du Maroc, à seulement 22 ans, Azzedine Ounahi a rayonné dans le milieu des "Lions de l'Atlas" lors de l'exploit contre l'Espagne (0-0, 3-0 t.a.b).
Sa prestation a été d'ailleurs été saluée par le sélectionneur espagnol Luis Enrique, tombé sous le charme de l'Angevin.

"Mon Dieu, mais d'où sort ce gars ?" Après l'élimination aux tirs au but de l'Espagne par le Maroc (0-0, 3-0 t.a.b), mardi 6 décembre, la question brûlait les lèvres de Luis Enrique. Non, il ne parlait pas de Yassine Bounou, porté en triomphe après avoir écœuré les tireurs espagnols, devenant seulement le deuxième gardien dans l'histoire de la Coupe du monde à finir une séance invaincu. Le sélectionneur de la Roja, bien qu'amer, a applaudi à deux mains la performance d'un autre "Lion". 

"Quel joueur adverse m'a impressionné ? J'ai été agréablement surpris par le numéro 8. Je ne me souviens plus de son nom, j'en suis désolé...", a déclaré l'ancien entraîneur du Barça, en conférence de presse, après la défaite espagnole. Avant de le complimenter, après qu'on lui ait glissé à l'oreille le nom d'Azzedine Ounahi. "Mon Dieu, mais d'où sort ce gars ? Il a très bien joué. Il m'a surpris. Hakimi, Ziyech, En-Nesyri, Amrabat aussi, mais lui... Quelle façon de courir, il doit être épuisé !"

De National au Mondial en 18 mois

Si Luis Enrique a découvert un talent, à ses dépens, les suiveurs des "Lions de l'Atlas", mais aussi de notre chère Ligue 1, le connaissaient déjà. Formé à l'Académie Mohammed VI, qu'il intègre à l'âge de 15 ans, Ounahi quitte le Maroc et arrive en France, à Strasbourg, en 2018. Non retenu par le Racing, où il ne dispute aucune minute en équipe première, il rejoint librement l'US Avranches, en National, en août 2020. Il y a fait ses débuts chez les professionnels. Après seulement une saison (27 matchs), Angers, qui a fait la recherche de futurs talents sa spécialité, lui met le grappin dessus. 

Dès sa première année, le milieu né en 2000 fait son trou dans l'effectif de Gérald Baticle (2 buts et 2 passes décisives en 32 matchs). Il fête sa première entrée en jeu, à la place de son compatriote Sofiane Boufal, avec un but lors d'une large victoire contre l'OL (3-0). Ses prestations abouties au SCO convainquent alors Vahid Halilhodzic, à l'époque sélectionneur des "Lions de l'Atlas", qui fait de lui sa surprise pour la CAN. Après avoir pris part aux trois premiers matchs du Maroc, il assiste sur la touche à l'élimination en quarts de finale contre l'Égypte (2-0). Qu'importe sa carrière internationale est lancée.

C'est incroyable ce qui m'arrive

Azzedine Ounahi, milieu de l'équipe du Maroc

Installé en sélection marocaine, confirmé et même plus lors du remplacement de Vahid Halilhodzic par Walid Regragui, l'enfant de Casablanca valide en parallèle sa belle première saison en club, où il devient indéboulonnable dans l'équipe angevine. D'août à novembre, il dispute 14 matchs sur 15 possibles. Une régularité qui lui assure sa place pour la Coupe du monde. "C'est incroyable ce qui m'arrive, il y a un an j'étais en National et je n'imaginais pas que je serais à la Coupe du monde aujourd'hui", confie-t-il alors. "J'ai progressé, j'ai travaillé et le fait d'arriver à Angers m'a permis d'entrer en sélection".

Au Qatar, malgré ses 22 ans, c'est dans la peau d'un titulaire qu'il débarque. Plutôt effacé contre la Croatie (0-0), pour ses débuts en Mondial, il prend de l'assurance lors de l'exploit face à la Belgique (2-0). "Il a du coffre, c'est un bon petit, je l'aime bien", confie son coéquipier Nayef Aguerd. "En qualification, il avait déjà montré qu'il n'avait pas peur et il peut apporter encore plus à l'équipe." "Il prend confiance de match en match", salue son capitaine Romain Saïss, lui-même passé par Angers.

Lire aussi

Plus à l'aise, Azzedine Ounahi se libère contre le Canada (1-2). Jusqu'à parvenir à exprimer enfin tout de son talent, au moment opportun, en huitièmes de finale contre l'Espagne. Un match référence (60 ballons touchés, 76% de passes réussies, 4 tacles), applaudi par Luis Enrique, qui a sûrement éveillé la curiosité des cadors européens. Estimé à 3,5 millions d'euros, selon le site spécialisé Transfermarkt, il devrait voir sa valeur marchande flamber d'ici à la fin de la Coupe du monde. Pour le plus grand bonheur du SCO, qui doit déjà se frotter les mains.


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info