Au lendemain de leur défaite aux tirs au but contre l'Argentine (3-3, 4-2 t.a.b), en finale du Mondial qatari, les Bleus rentrent en France.
Dans la soirée, ils iront au contact des supporters tricolores place de la Concorde, contrairement aux dires du président de la FFF Noël Le Graët.
Explications sur ce rassemblement qui a failli ne pas avoir lieu.

Après un gros flottement, la fête des Bleus aura lieu malgré tout. Au lendemain de la cruelle défaite en finale de la Coupe du monde, contre l'Argentine aux tirs au but (3-3, 4-2 t.a.b), l'équipe de France va avoir un moment d'échange avec ses supporters. "Les Bleus rentrent aujourd'hui en France par le vol AF 4001, qui décollera de Doha vers 14h30, heure locale, et arrivera aux alentours de 19h30, heure française, à Roissy CDG. Ils salueront ensuite leur public place de la Concorde, à Paris, aux alentours de 20h30", annonce la Fédération française de football (FFF) dans un communiqué. De quoi mettre fin à un feuilleton qui était en train de tourner à l'affaire d'État, puisque depuis l'annonce de ce rassemblement populaire, sa tenue a fait l'objet de confirmations et de démentis. 

On rembobine. Dimanche 18 décembre, au coup de sifflet final, le président Emmanuel Macron assure que la bande à Didier Deschamps ira, malgré le revers amer, à la rencontre de ses supporters. "Les joueurs vont rentrer, être auprès des Françaises et des Français, descendre les Champs-Élysées demain...", s'engage-t-il, à l'issue de cette finale entrée dans la légende, après avoir basculé dans l'irrationnel. Or, dans les heures qui suivent, le chef de l'État est démenti par sa ministre des Sports. 

Une série ubuesque de revirements

"Ils n'ont pas voulu défiler sur les Champs", déclare sur France Inter Amélie Oudéa-Castéra. Pour les Bleus, le résultat incite à davantage de sobriété qu'à une descente de la célèbre avenue parisienne, comme lors du sacre de 2018. Toutefois, la ministre des Sports confirme : le bain de foule aura bien lieu, mais ailleurs. "Ils ont envie d'aller remercier leurs supporters, de passer ce temps place de la Concorde, qui est l'endroit qu'ils ont choisi a priori avec la Fédération française de foot", précise-t-elle. La Concorde, là même où, en 2006, les Bleus, vaincus en finale aux tirs au but par l'Italie (1-1, 3-5 t.a.b.), étaient venus saluer leurs fans. David Trezeguet, auteur du tir au but raté, avait éclaté en sanglots, depuis le balcon de l'hôtel de Crillon.

David Trezeguet en larmes sur un balcon de l'hôtel de Crillon.
David Trezeguet en larmes sur un balcon de l'hôtel de Crillon. - MEHDI FEDOUACH / AFP

Mais, en fin de matinée, alors que les préparatifs sont en train d'être finalisés par les autorités concernées, Noël Le Graët jette un froid. "Les joueurs préfèrent rentrer chez eux dès ce soir", rétorque sur BFMTV le président de la Fédération française (FFF). "Ils sont très reconnaissants au public évidemment, mais cela me paraît tout à fait logique. Quand on ne gagne pas, on n'a pas l'humeur à aller se promener aux Champs ni ailleurs. (...) Le départ des joueurs est prévu après l'atterrissage."

Un revirement qui n'est pas le dernier. À la mi-journée, alors que les Bleus se mettent en route pour l'aéroport de Doha, la FFF fait volte-face. L'instance tricolore envoie des messages à la presse pour démentir l'annonce de "NLG". Contrairement à ce qu'affirme son président, déjà rentré en France, et qui n'est donc pas au contact direct de l'équipe, il est finalement décidé à la demande des joueurs de se rendre à la Concorde. Pour l'heure, l'endroit exact où ils apparaîtront n'est pas connu. 

Joint par TF1info, l'hôtel du Crillon, qui donne sur la place où trône l'obélisque, n'a "aucune information sur le déroulé des événements" et "n'a pas prévu d'accueillir" les vice-champions du monde. Plusieurs dizaines de milliers de personnes sont attendues sur place pour les saluer. 


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info