La Coupe du monde 2022 sur TF1

Tunisie-France : la FFF a déposé sa réclamation à la Fifa après le but annulé de Griezmann

M.G
Publié le 1 décembre 2022 à 0h10, mis à jour le 1 décembre 2022 à 14h10
JT Perso

Source : Football - Coupe du Monde de la FIFA 2022

Le match entre la Tunisie et la France (1-0) s'est achevé mercredi dans la confusion la plus tardive, l'arbitre annulant sur le gong le but de l'égalisation tricolore.
La FFF a déposé, jeudi 1 er décembre, une réclamation auprès de la Fifa pour faire changer le score.

La France contre-attaque. Les Bleus ont encaissé, mercredi 30 novembre, la première défaite de leur histoire contre la Tunisie (1-0). Pourtant, ils auraient pu (et du) poursuivre leur série d'invincibilités contre les "Aigles de Carthages". En toute fin de rencontre, Antoine Griezmann a, en effet, trouvé le chemin des filets adverses sur un ultime ballon joué dans la surface (90e+8). Une réalisation d'abord validée par l’arbitre néo-zélandais Matthew Conger, avant d’être refusée, à la suite de l'intervention de la VAR, pour un hors-jeu passif de l'attaquant français.

Fait rare, la Fédération française a décidé de porter réclamation après cette décision arbitrale. "Le but a été refusé, à tort, de notre point de vue", justifie l'instance dirigée par Noël Le Graët. Ce recours a été officiellement envoyé à la Fifa, jeudi 1er décembre, dans les 24 heures suivant la fin du match. Elle relève que la VAR a été utilisée "après la reprise du jeu et après la fin du match", ce qui est contraire au protocole d'utilisation de cette technologie, selon l'explication d'une source fédérale à l'AFP.

Hors du protocole d'usage de la Var

Pour être précis, ce n'est pas la nature du refus du but (invalidé pour une position de hors-jeu controversée) mais bien le timing de l'usage de la Var qui se retrouve dans le viseur des dirigeants français. L’officiel a, en effet, eu recours à la technologie après... avoir fait exécuter le coup d’envoi aux Tunisiens et juste avant de siffler la fin du match. Une possibilité qui n'entre pas dans le cadre très strict défini par l’Ifab, l’organe en charge des règles du football. Dans une telle situation, l'arbitre "ne peut effectuer une analyse sauf en cas d’identité erronée ou en cas d’infraction passible d’exclusion telle qu’un comportement violent, crachat, morsure, et/ou propos ou actes blessants, grossiers ou injurieux"

Lire aussi

Malgré cette défaite, au dénouement rocambolesque, la France a terminé en tête de son groupe. Elle affrontera la Pologne en huitièmes de finale. 


M.G

Tout
TF1 Info