Angleterre-Ukraine : malgré le spectre de la guerre, la Sbirna rêve d'exploit

Publié le 26 mars 2023 à 17h42, mis à jour le 26 mars 2023 à 17h47

Source : Sujet TF1 Info

Après une superbe victoire en Italie (1-2), l'Angleterre veut poursuivre, ce dimanche à Wembley, son sans-faute en ce début des éliminatoires à l'Euro 2024.
Un nouveau test attend les Three Lions contre l'Ukraine, dans un match qui aura, pour des raisons évidentes, une saveur particulière.

Ce n'était plus arrivé depuis plus de 60 ans. Pour la première fois depuis 1961, l'Angleterre s'est imposée jeudi en Italie (1-2), en ouverture des éliminatoires à l'Euro 2024. Un succès fondateur à plus d'un titre qui tombe à pic quelques mois après la défaite amère contre la France (1-2), en quarts de finale de la Coupe du monde. Buteur sur penalty, Harry Kane en a profité pour inscrire sa 54e réalisation avec le maillot des Three Lions. Un record. Un soulier d'or sera d'ailleurs remis, ce dimanche, à l'attaquant de 29 ans pour marquer le coup après son exploit. Mais l'essentiel est (presque) ailleurs avec un duel à venir contre l'Ukraine à Wembley (18h00).

L'horreur de la guerre n'est jamais loin...

Après avoir raté de justesse le Mondial au Qatar - en raison d'une courte défaite contre le pays de Galles (0-1) - la Sbirna ne veut, cette fois, pas manquer le rendez-vous en Allemagne (14 juin-14 juillet 2024). Mais pour les "jaune et bleu", plus rien n'est comme avant depuis le début de l'invasion russe, en février dernier. Même s'ils sont éloignés du théâtre des opérations, la guerre reste présente. Tout le temps, partout. 

De nombreux membres de l'équipe possèdent, par exemple, une application sur leur téléphone qui les avertit lorsqu'une sirène d'alerte aérienne retentit dans leur pays, confie Oleksandr Glyvynskyy, attaché de presse de l'équipe ukrainienne, dans des propos rapportés par CNN. D'autres passent de longues minutes, chaque jour, à parcourir les médias et réseaux sociaux pour vérifier s'il y a eu des attaques et s'assurer de la sécurité de leurs proches. "Nous luttons intérieurement parce que nous savons que des gens meurent tous les jours", déclare le représentant, dont certains membres de la famille se trouvent à Kiev. 

Un résultat positif à Wembley donnera de l'espoir et des sourires aux gens
Ruslan Rotan

La motivation est toute trouvée pour les joueurs du sélectionneur intérimaire Ruslan Rotan. "Un résultat positif à Wembley donnera de l'espoir et des sourires aux gens et apportera au peuple ukrainien les émotions positives dont il a tant besoin", a-t-il déclaré. "Le football reste le sport numéro un en Ukraine et il aide les gens à surmonter les épreuves qu'ils traversent", souligne, de son côté, Andriy Shevchenko, l'ex-attaquant international et ancien sélectionneur. "L'Angleterre est forte, mais notre équipe est prête à montrer ce qu'elle sait faire. [...] Nos joueurs n'ont pas besoin de motivation supplémentaire. Ils savent pourquoi ils seront sur le terrain", ajoute-t-il dans les colonnes de la BBC

Le football est une religion qui unit l'Ukraine
Igor Belanov

Igor Belanov, premier Ukrainien de l'histoire à remporter le Ballon d'Or en 1986, va, lui, encore plus loin. "Des millions d'Ukrainiens attendent une victoire. Je m'excuse auprès des supporters anglais, mais nous avons plus besoin de cette victoire qu'eux", glisse-t-il à nos confrères. "Le football est une religion qui unit l'Ukraine. Il est difficile pour les Européens de comprendre cela, mais même pendant la guerre, les soldats, le personnel médical, les volontaires - ils veulent sentir le goût d'une vie paisible, au moins pour un moment", assure-t-il. 

Au-delà de l'aspect émotionnel évident - qui a d'ailleurs été criant lors des matchs de barrage à la Coupe du monde contre l'Écosse (3-1) et le pays de Galles (0-1) -, les footballeurs ukrainiens doivent aussi composer avec les difficultés logistiques. Longtemps arrêté, le championnat local - grand pourvoyeur de la sélection (15 des 25 joueurs retenus y évoluent) - a repris, mais dans des conditions très particulières. Son niveau a, en plus, chuté avec l'exode forcé des étrangers en raison des conflits. 

Sur le plan des transports, aucune compagnie aérienne ne dessert directement l'Ukraine. Par conséquent, de nombreux internationaux ont mis près de 24 heures pour arriver au Royaume-Uni, au terme d'un long périple. 

Plus de 4000 supporters ukrainiens à Wembley

Heureusement, l'Angleterre - où jouent plusieurs cadres de la Sbirna, comme Oleksandr Zinchenko (Arsenal), Mykhaïlo Mudryk (Chelsea) ou encore Vitaliy Mykolenko (Everton) - a mis les petits plats dans les grands pour ce match spécial. Ainsi, plus de 4000 supporters ukrainiens sont attendus dans les travées d'un Wembley, qui devrait être plein comme un œuf. La Fédération anglaise de football a notamment invité plus de 1000 réfugiés ukrainiens. "Le football a été uni dans son soutien à l'Ukraine et dans sa condamnation de l'invasion des forces russes", lance Liam Boylan, directeur du stade de Wembley, dans un communiqué. "L'invitation est une réaffirmation de notre solidarité avec les supporters ukrainiens vivant actuellement au Royaume-Uni, et un remerciement à tous les Britanniques qui ont ouvert leur maison pour les aider", met-il en avant. Cela promet une ambiance des grands soirs à Londres. 


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info