À mi-parcours, tous les voyants sont au vert pour les clubs français en coupes d'Europe

Publié le 27 octobre 2023 à 11h59

Source : Sujet TF1 Info

Dans une saison clé pour le football français, les clubs de l'Hexagone répondent, pour l'instant, présent.
Les six équipes engagées sont toujours en position de se qualifier pour les phases finales de leur compétition respective.
Zoom sur ce bilan comptable satisfaisant.

Ces dernières années, les clubs français ont enchaîné désillusions sur désillusions en coupes d'Europe. Privée de certains de ses représentants historiquement très performants désormais déclassés - Olympique Lyonnais, Girondins de Bordeaux, AS Saint-Etienne -, la Ligue 1 a régulièrement été raillée depuis plusieurs saisons. On pense, par exemple, à l'élimination précoce du Stade Rennais dès les 16e de finale de Ligue Europa 2022-23 contre un Shakhtar Donetsk qui n'avait alors plus joué de matchs à haute intensité depuis plusieurs mois en raison de la guerre en Ukraine ou à la quatrième place (avec une seule victoire) de l'OM en phase de groupes de la Ligue des champions 2020-21. Heureusement, depuis le coup d'envoi de l'exercice 2023-24, les équipes françaises semblent avoir trouvé une forme de déclic. 

9 succès en 18 matchs

À mi-chemin du premier tour, les six représentants hexagonaux - deux en C1, trois en C3 et un en C4 - ont, chacun à leur échelle, montré de bonnes choses. Déjà, sur le plan comptable, le bilan est très bon : neuf victoires (50%), six nuls (33%) et seulement trois défaites (17%) en 18 rencontres. Si le revers du PSG à Newcastle a beaucoup surpris (1-4), les faux-pas de Rennes à Villareal (0-1) et Toulouse à Liverpool (1-5) répondent à une certaine forme de logique sportive, même si le "Téfécé" aurait sans doute pu faire mieux face à des Reds remaniés. À la marge, le nul de Lille aux Îles Féroé (0-0 contre le KV Klaksvik), en Ligue Europa Conférence, fait désordre mais peut-être atténué ou du moins expliqué par plusieurs facteurs, notamment logistiques. 

Au contraire, Lens, de retour sur la scène continentale après deux décennies d'absence, a réalisé l'exploit contre Arsenal à domicile (2-1), après avoir déjà ramené un point de Séville (1-1), qui a remporté la dernière édition de la Ligue Europa. Avant leur claque à Anfield, les Toulousains avaient aussi surpris leur monde en prenant quatre points contre l'Union Saint-Gilloise (1-1) et Lask Linz (1-0). Par ailleurs, Marseille a limité la casse contre Brighton (2-2), plus avancé dans son projet collectif. Moins clinquants et plus attendus, les succès de Paris contre Dormtund (2-0) et le Milan (3-0), de Rennes contre le Maccabi Haïfa (3-0) et le Panathinaikos (2-1) et de Lille contre l'Olimpija Ljubjana (2-0) et le Slovan Bratislava (2-1) ont, eux, permis de soigner l'impression générale. 

La bonne opération à l'indice Uefa se profile

Résultat des courses, tous les clubs tricolores restent en course pour la qualification en phases finales. Mieux, en dehors de Toulouse (4 points), troisième du groupe E de Ligue Europa en raison d'une différence de buts défavorable, tous se trouvent actuellement à la première (PSG, 6 points ; Marseille, 5 points ; Rennes, 6 points ; Lille, 7 points) ou à la deuxième position (Lens, 5 points) de la compétition dans laquelle ils sont engagés. Autant dire qu'ils ont leur destin en main pour la suite des événements. 

Grâce à ces performances, la France engrange des points précieux à l'indice UEFA et continue de refaire son retard sur les Pays-Bas. L'écart entre les deux nations, encore de 2,769 points au début des phases de poules, a considérablement fondu. Il n'est plus, à l'heure actuelle, que de 0,769. La marge des Bataves s'est réduite à peau de chagrin (à titre indicatif, les clubs tricolores ont repris 0,9 point à leurs concurrents lors de cette seule troisième journée). Dans les semaines à venir, les confrontations directes entre Marseille et l'Ajax Amsterdam d'un côté, le PSV Eindhoven et Lens de l'autre côté, auront un rôle crucial, tout en sachant que les matchs aller entre ces formations se sont soldés par des nuls (respectivement 3-3 et 1-1). 

Pour rappel, la cinquième place au classement UEFA possède une importance de tout premier ordre cette saison. Ce strapontin permet de s'assurer de pouvoir compter sur quatre formations qualifiées en Ligue des champions (trois directs plus un en tours préliminaires) et sept représentants en tout sur la scène européenne en 2024-2025 et 2025-2026, avec la prochaine entrée en vigueur de la nouvelle formule. Autant dire que les Lillois, Marseillais, Rennais, Parisiens, Lensois et les Toulousains doivent poursuivre sur leur lancée. 


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info