Ligue 1 : titre, Europe, maintien... Les enjeux du sprint final

Publié le 12 mai 2023 à 17h45
JT Perso
Comment désactiver votre Adblocker
  • Cliquez sur l'icône de votre Adblocker installé dans votre navigateur. En général elle se trouve dans le coin supérieur droit de votre écran. Si vous utilisez plusieurs adblockers, veillez à bien tous les désactiver pour pouvoir accéder à votre vidéo.
  • Suivez les instructions indiquées par votre Adblocker pour le désactiver. Vous devrez peut-être sélectionner une option dans un menu ou cliquer sur plusieurs boutons.
  • Lorsque votre Adblocker est désactivé, actualisez votre page web.
  • Remarque : Si vous utilisez le navigateur Firefox, assurez-vous de ne pas être en navigation privée.
adblock icone
Un bloqueur de publicité empêche la lecture.
Veuillez le désactiver et réactualiser la page pour démarrer la vidéo.

Source : Sujet TF1 Info

Alors que se dispute ce week-end la 35e journée de Ligue 1, le suspense demeure à tous les échelons.
Tout en bas du classement, si le sort de trois formations semble sellé, la lutte pour la 17e place, synonyme de Ligue 2, promet d'être acharnée.
Une grosse dizaine de places plus haut, Lens veut continuer de mettre la pression sur le PSG pour retarder son sacre.

Il ne reste plus qu'un mois avant de connaître le dénouement de la saison. Au terme d'un exercice passionnant qui aura accouché de plusieurs matchs épiques - l'improbable remontée de Lyon contre Montpellier (5-4), la victoire au bout du suspense de Paris contre Lille (4-3) ou encore la claque que Montpellier a infligé à Brest (0-7) -, le championnat de France entre dans son dernier virage. Les quatre journées restantes, à commencer par la 35e ce week-end, promettent leur lot de dramaturgie et de retournements de situation. Du titre au maintien en passant par les places européennes, tout est encore ouvert, ou presque. 

Lens veut continuer de croire au titre

C'est peut-être l'échelon où un renversement de la situation semble le plus improbable. Avec 78 points et une différence de buts largement favorable (+44), le Paris Saint-Germain semble avoir fait le plus dur dans la course à un onzième titre de champion de France, le neuvième depuis l'arrivée du Qatar. 

Son dauphin, le RC Lens, réalise une saison de très haut niveau, surtout au vu de ses moyens. Mais malgré ses 72 points (+31 de goal average), le club artésien parait un peu court pour priver son homologue parisien, qui a un calendrier favorable, du trophée. Il faudrait, pour cela, que les hommes de Franck Haise remportent tous leurs matchs restants et que ceux de Christophe Galtier multiplient les faux pas. Si rien n'est impossible au vu de la très mauvaise dynamique des coéquipiers de Marco Verratti, les six points qui séparent les deux formations ont tout d'un fossé, d'autant plus qu'une égalité devrait être favorable à Paris. "Je pense que ce sera Paris (qui finira premier). Si c'est Paris, c'est qu'ils auront mérité d'être champions et que ceux qui sont derrière ne sont pas assez forts", a reconnu Franck Haise, l'entraîneur des Sang et Or.

Surtout, les pensionnaires du stade Bollaert-Dellelis, qui retrouvera les joutes continentales la saison prochaine, doivent regarder dans leur rétroviseur. Avec 70 unités (+28), l'Olympique de Marseille reste en bonne position pour leur ravir la seconde place sur le gong. Il faut, pour cela, que la troupe d'Igor Tudor glane au moins deux points de plus que sa rivale lensoise sur les douze qu'il reste encore à glaner. Les Phocéens peuvent même, mathématiquement, toujours rêver de titre mais l'affaire semble délicate. 

Deux places européennes pour quatre prétendants

Auteur d'une saison sérieuse, Monaco (64 points, +17) est idéalement positionné pour la quatrième place, synonyme de Ligue Europa la saison prochaine. Le club de la Principauté compte cinq points de plus que Lille (59, +19), son premier poursuivant, et huit de plus que le duo Rennes (56, +18)-Lyon (56, +16). Mal embarqué dans la course au podium - l'OM semble avoir fait le break -, les Monégasques doivent surtout se méfier de leurs poursuivants, ayant hérité d'un calendrier particulièrement relevé. Après la réception de Lille, ils doivent négocier deux périlleux déplacements à Lyon et Rennes. La dernière journée devrait, toutefois, être plus abordable avec une confrontation contre un Toulouse qui n'a (presque) plus rien à jouer. Wissam Ben Yedder et les siens gardent la main, mais méfiance. 

Les coéquipiers d'Alexsandar Golovin filent vers la Ligue Europa.
Les coéquipiers d'Alexsandar Golovin filent vers la Ligue Europa. - JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Pour ce qui est du cinquième strapontin, qualificatif pour la Ligue Europa Conference, les trois formations se tiennent dans un mouchoir de poche. Le Losc, qui a impressionné sur le plan collectif, dispose d'un joker mais devrait rester en danger jusqu'à la dernière journée, d'autant plus qu'après l'ASM, ce sont Marseille et Nantes - qui lutte pour sa survie - qui se présenteront. La récente dynamique (trois victoires, deux défaites, un nul sur les six dernières rencontres) n'incite pas non plus à l'optimisme pour les Dogues face à des Lyonnais qui montent en puissance (cinq victoires, une défaite) et qui restent sur un succès renversant contre Montpellier (5-4). 

Mal en point depuis le début de l'année 2023 (22 points pris en 17 journées), les Rennais de Bruno Genesio paraissent, eux, un cran en dessous. Mais un sans-faute devrait leur assurer une qualification européenne pour l'année prochaine. 

Lutte acharnée pour la 17e place

En bas de tableau, la relégation du SCO Angers (20e, 14 points, -46), qui n'a gagné qu'à trois reprises depuis le coup d'envoi de la saison, est d'ores et déjà officielle. L'Estac Troyes (19e, 22 points, -31) et l'AC Ajaccio (18e, 23 points, -39) devraient également évoluer en Ligue 2 à partir du mois d'août prochain, comptant respectivement 12 et 11 points de retard sur le premier non relégable à quatre journées de la fin. Leur sort pourrait d'ailleurs être scellé dès ce week-end. 

En revanche, pour la 17e place - exceptionnellement synonyme de descente dans cette saison de transition vers une élite à 18 clubs -, la compétition fait rage. Pour le moment, c'est le FC Nantes (32 points, -15) qui l'occupe. En perdition ces derniers temps, les Canaris n'ont plus gagné en Ligue 1 depuis le 12 février dernier, contre Lorient (1-0). Le dernier revers contre Strasbourg (0-2), qui les a précipités dans la zone rouge, a coûté sa place à Antoine Kombouaré. Point positif, Nicolas Pallois et les siens vont croiser trois équipes qui ne jouent plus rien (Montpellier, Toulouse, Angers) lors de leurs quatre dernières rencontres. 

Avec seulement deux points de plus, Auxerre (16e, 34 points, -24), qui semblait destiné à faire l'ascenseur avant le début de l'exercice, est loin d'être tiré d'affaire. Mais avec 11 points engrangés lors de ses six derniers matchs (trois victoires, deux nuls, une défaite), l'ancien club de Guy Roux s'est donné les moyens d'y croire. Brest (15e, 35 points, -12), qui a retrouvé une certaine solidité depuis l'arrivée d'Eric Roy aux manettes, et Strasbourg (14e, 35 points, -9), qui s'est pourtant mêlé à la lutte pour l'Europe la saison passée, restent, eux aussi, sous pression. De leurs côtés, Toulouse (13e, 42 points, -7) et Montpellier (12e, 43 points, -1) semblent tirés d'affaire, même s'ils ne sont pas encore mathématiquement maintenus. 

Un duel à deux pour le titre de meilleur réalisateur

Alexandre Lacazette ou Kylian Mbappé devrait finir meilleur buteur de Ligue 1.
Alexandre Lacazette ou Kylian Mbappé devrait finir meilleur buteur de Ligue 1. - FRANCK FIFE / AFP

Sur le plan individuel aussi, les dernières encablures du championnat seront à suivre de près. Tous deux déjà auteurs de 24 réalisations, Kylian Mbappé et Alexandre Lacazette vont se disputer le titre de meilleur réalisateur. Léger avantage au Parisien, qui a trouvé le chemin des filets le même nombre de fois que le Lyonnais (avec quatre penalties de moins) en ayant disputé un match de moins. Le Lillois Jonathan David (21 buts en 33 matchs) reste en embuscade. 

Lire aussi

Pour ce qui est des passes décisives, Lionel Messi (15 caviars) conserve une marge importante sur la concurrence. Neymar (11), sur le flanc jusqu'à la fin de la saison, Jonathan Clauss (10) et le duo Rémy Cabella-Caio Henrique (9) ne semblent pas en mesure de rattraper la Pulga. 


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info