La Fédération ukrainienne d'escrime n'enverra aucun représentant dans les compétitions, auxquelles les Russes et Biélorusses participeront.
Cette décision, exceptionnelle, fait suite à l'annonce de la Fédération internationale de les réintégrer sur le circuit mondial.
Un choix qui pourrait être préjudiciable pour les athlètes ukrainiens en vue des JO 2024.

L'escrime se déchire autour du conflit russo-ukrainien. Le 10 mars dernier, la Fédération internationale d'escrime (FIE) a officialisé la réintégration des tireurs russes et biélorusses, à compter du 3 avril, date qui coïncide avec le début de la qualification pour Paris 2024. Une décision polémique à laquelle la Fédération allemande (DFB) avait la première à répliquer, en annonçant renoncer à l'organisation de l'épreuve de Coupe du monde de fleuret de Tauberbischofsheim, prévue en mai. La Fédération ukrainienne (NFFU) lui a emboîté le pas, lundi 20 mars, en agitant la menace d'un boycott de ses athlètes. 

"La décision a été prise non seulement de refuser de participer à des duels contre des athlètes russes et biélorusses lors de compétitions de tout niveau, mais aussi pour les athlètes, entraîneurs et juges ukrainiens de ne pas participer à des tournois où des athlètes russes ou biélorusses seront en compétition", a indiqué dans un communiqué la NFFU, après une "réunion d'urgence" et consultation "des athlètes, des entraîneurs, du Comité national olympique et du ministère des Sports" ukrainiens.

En l'état, la décision de la FIE ne préjuge aucune participation aux Jeux olympiques de Paris 2024, puisque cette réintégration sera effective "sous réserve d'éventuelles recommandations/décisions futures du CIO". Le choix de Kiev pourrait en revanche grandement réduire les chances de participation de ses athlètes, les tournois qualificatifs devant débuter début avril avant de s'étaler ensuite jusqu'au 31 mars 2024. Il s'inscrit en tout cas dans la droite ligne du président ukrainien, Volodymyr Zelensky, totalement opposé à un retour à la compétition des sportifs russes et biélorusses, même sous bannière neutre. 

"Alors que la Russie détruit des villes ukrainiennes et tue des Ukrainiens depuis plus d'un an et continue de le faire, (...) la FIE a décidé d'autoriser les Russes à participer à des compétitions. Nous considérons cette décision comme choquante et inadmissible. Nous avons honte de ce qui est arrivé à la FIE", a déploré la Fédération ukrainienne. "L'argent d'Alisher Ousmanov (ancien président de la Fédération internationale d'escrime, ndlr) est devenu plus important que les principes olympiques."


Y.R.

Tout
TF1 Info