Les Bleus champions du monde : deux étoiles plein les yeux

VIDÉO - La Marseillaise et Queen, quel festival de chant des Bleus sur le perron de l'Elysée !

Antoine Rondel
Publié le 16 juillet 2018 à 20h32, mis à jour le 16 juillet 2018 à 21h31
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Sujet JT LCI

A GORGE DÉPLOYÉE - Les champions du monde français, grands amateurs de musique et de chansonnette, ont pu s'en donner à coeur joie, dans la cour de l'Elysée, lundi 16 juillet, après avoir remonté les Champs-Elysées.

On savait que l'équipe de France aimait taquiner la chansonnette,  en témoignent leurs comptes Instagram respectifs et les réseaux sociaux de l'équipe de France, jamais avares, par exemple, de reprises des tubes du moment ou d'improvisations des joueurs sur l'un de leur compagnon. Leur venue à l'Elysée, après avoir remonté les Champs Elysées en bus à impériale, n'a pas dérogé à la règle. 

"Est-ce qu'on est champions du monde ?"

Après avoir pris une photo de rigueur avec Emmanuel Macron précédé d'un "1,2, 3... N'Zonzi !", la sélection et le staff se sont réunis sur le perron du palais présidentiel. Et là, ce fut un festival, bien loin de la sobriété et du faste républicains auxquels ces lieux sont d'ordinaire coutumiers. D'abord avec une reprise de "We are the Champions", l'hymne officieux qui avait accompagné la victoire de leurs prédécesseurs. Puis avec une Marseillaise improvisée, lancée par Olivier Giroud et reprise à gorge déployée par ses compagnons. Tout cela, avant que Paul Pogba ne prenne le micro pour demander aux 3000 personnes : "Est-ce qu'on est champions du monde ?" Et que, devant un Didier Deschamps extatique, il ne reprenne l'adaptation des "Champs Elysées" en hommage  N'Golo Kanté.

Les joueurs chantent à la gloire de N'Golo KantéSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible
Les Bleus chantent "I will survive" sur le perron de l'ÉlyséeSource : Sujet JT LCI
JT Perso

L'ambiance était si joyeusement délurée qu'on a cru déceler sur le visage d'ordinaire si sérieux de certains gardes républicains un sourire fugace. Et même un Emmanuel Macron qui tentait, dans un sourire, de calmer un peu l'ensemble : "Il y a des enfants, on va essayer de rester dans le calme !" En vain, mais qui s'en souciait ?


Antoine Rondel

Tout
TF1 Info