Le 13H

Lille : le stade Pierre-Mauroy bientôt renommé la Decathlon Arena

TF1 | Reportage M. Fiat, T. Joire
Publié le 8 juin 2022 à 15h53, mis à jour le 8 juin 2022 à 16h23
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

À Villeneuve-d'Ascq, près de Lille, le Stade Pierre-Mauroy devrait être rebaptisé avec le nom d'une marque.
L'entreprise devra verser six millions d'euros pour que l'enceinte porte son nom pendant cinq ans.
Mais les Lillois, eux, ne comprennent pas vraiment ce changement.

La Métropole européenne de Lille (Mel) et l'enseigne nordiste Decathlon sont en négociations en vue d'un accord de "naming" pour le Stade Pierre-Mauroy, où évolue le Losc, qui doit être entériné le 24 juin, a-t-on appris mercredi auprès des deux parties.

"Les négociations sont très, très bien engagées", a affirmé le président de la Mel, Damien Castelain, réagissant à une information de France Bleu faisant part du bouclage de l'accord. "Ce qui est discuté est un accord de cinq ans renouvelable pour un montant de six millions d'euros", a-t-il précisé.

L'arène de 50.000 places, inaugurée à Villeneuve-d'Ascq en 2012, doit être rebaptisée "Decathlon Arena Stade Pierre-Mauroy", gardant "en sous-titre" le nom du prédécesseur de Martine Aubry à la mairie de Lille et premier Premier ministre de François Mitterrand, a détaillé M. Castelain.  Le maintien de cette référence "était dans le cahier des charges", après un "large accord politique" en ce sens en 2019, au lancement de la recherche de partenaire, a-t-il expliqué. 

De nombreux stades français ont déjà cédé aux sirènes du "naming"

Les discussions sont "toujours en cours avec la Mel, qui annoncera sa décision" le 24 juin, à l'issue de son conseil, a pour sa part indiqué l'enseigne d'articles de sports et de loisirs, déjà positionnée comme nouveau fournisseur de ballons de la Ligue de football professionnel (LFP) entre 2022 et 2027 avec sa marque Kipsta.

Lire aussi

La Mel était en recherche d'un partenaire pour le stade depuis le désengagement en 2019 du sponsor principal depuis 2013, le Crédit Mutuel, qui versait 1,4 million d'euros par an à la Mel. Les montants sont cette fois inférieurs, car avant l’intérêt manifesté par Decathlon, "on ne trouvait personne, une difficulté rencontrée par nombre de stades", a relevé M. Castelain. 

Pour 2020, la Mel a dépensé 11,5 millions d'euros en charge nette pour le stade, a-t-elle précisé. De nombreux stades français ont déjà cédé aux sirènes du naming pour engranger des revenus supplémentaires, comme le Groupama Stadium à Lyon (5,5 millions d'euros annuels selon la presse, un montant non confirmé), l'Orange-Vélodrome (2,45 millions d'euros par an), ou encore l'Allianz Riviera à Nice ou le Matmut Atlantique à Bordeaux.


TF1 | Reportage M. Fiat, T. Joire

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info