Star de l'ovalie, Antoine Dupont va rejoindre l'équipe de rugby à 7 pour les Jeux Olympiques de Paris-2024.
S'il est conscient d'avoir besoin d'un "temps d'adaptation", le demi de mêlée, élu meilleur quinziste du monde en 2021, rêve d'une "médaille olympique" devant son public.

Si le XV de France a régulièrement pioché dans le réservoir du VII - à l'instar de l'apport de Virimi Vakatawa ou de Gabin Villière -, l'inverse est plus rare. Mais occasion unique oblige, avec Paris-2024 dans le viseur, la superstar du rugby français, Antoine Dupont, va préparer l'épreuve de rugby à 7 au menu des prochains Jeux Olympiques. 

Ce nouvel objectif doit permettre au demi de mêlée, sacré meilleur joueur du monde à XV en 2021, de rebondir après la déception d'une Coupe du monde à domicile terminée en eau de boudin (et dès les quarts de finale). Et c'est l'occasion pour le Toulousain de 27 ans (52 sélections en Bleus) d'ajouter d'autres cordes à son arc en passant quelques mois dans une discipline qui met à l'honneur technique individuelle et vitesse d'exécution. 

Pouvoir prétendre à une médaille olympique, c'est un challenge hyper motivant
Antoine Dupont

"Pour tout fan de sports, les Jeux olympiques, c'est mythique. Ça l'est peut-être un peu moins pour les fans de rugby où on a moins cette appétence puisque le sport y est depuis peu. Malgré ça, pouvoir recevoir cet événement sportif en France, ça va être une fête incroyable : pouvoir en faire partie et, surtout, pouvoir prétendre à une médaille olympique (qui serait une grande première chez les hommes, ndlr), c'est un challenge hyper motivant", a confié le principal intéressé lors de la Nuit du rugby, où il a (encore) été désigné meilleur joueur du Top 14 et meilleur international français.

Pour autant, "Toto" n'a encore aucune assurance de participer à ces Jeux Olympiques. Pour être de la partie, l'ancien Castrais va devoir faire ses preuves et convaincre l'encadrement de l'équipe de France de rugby à VII - le manager général Christophe Reigt et le sélectionneur Jérôme Daret - de l'ajouter à sa liste en vue du grand rendez-vous. 

Une longue préparation avec le VII de France

Pour se préparer au mieux aux spécificités du sept, Antoine Dupont va, dans un premier temps, intégrer le groupe bleu (actuel quatrième du classement) et participer à plusieurs étapes du circuit mondial, à commencer par celles de Vancouver (23-25 février) et de Los Angeles (2-3 mars). "C'est sûr qu'il y aura un temps d'adaptation nécessaire", a-t-il d'ailleurs reconnu, sans que ce défi l'effraye. Au contraire. "Antoine a une attitude très rugby : il ne veut pas être parachuté. Il sait que, dans une équipe de rugby, on gagne sa place", commente le président de la FFR Florian Grill. "Franchement, quelle belle image pour le rugby à VII et pour le pays ! Ce sera un porte-drapeau important", estime-t-il encore. 

À noter qu'au cours de la saison, le N.9 va effectuer des allers-retours entre le Stade toulousain et le VII de France. Il manquera donc "à peu près le même nombre de matchs que s'il avait été sélectionné pour le Tournoi (des Six Nations)", qu'il ne disputera pas cette année, explique Ugo Mola, son entraîneur dans la Ville Rose. Par conséquent, il devrait être à disposition de son club pour les phases finales du Top 14 (finale le 28 juin à Marseille) et de la Champions Cup (finale le 25 mai à Londres), si d'aventure les Rouge et Noir, champions de France en titre, venaient à y participer, précise l'AFP. 


M.G

Tout
TF1 Info