VIDÉO - Ski base jump : l'exploit inédit du Français Matthias Giraud au-dessus des Alpes

par V. F Reportage TF1 : Sylvain Millanvoye, Vincent Abellaneda et Jean-François Jouanne.
Publié le 21 juin 2023 à 7h30, mis à jour le 21 juin 2023 à 9h23

Source : JT 20h Semaine

Le Français, Matthias Giraud, skieur de l'extrême mais aussi parachutiste, vient de réaliser une prouesse.
Il est devenu le premier homme à s’élancer de l’Aiguille du Goûter, dans les Alpes, en ski base jump.
Le 20H de TF1 vous montre les images.

Dévalant la face ouest du Mont-Blanc, Matthias Giraud est seul face à l'immensité. Seul aussi face à l'adversité, avec la peur pour seule compagne. "La peur est là à chaque fois. La peur, c'est notre meilleure amie, c'est ce qui nous garde en vie. Si on n'a pas peur, c'est qu'il y a un problème", confirme-t-il dans le reportage de TF1 ci-dessus. Ici, peu de gens ont skié. Mais, personne n'avait jamais sauté en ski depuis un sérac de plus en plus instable en raison du réchauffement climatique, à l'Aiguille du Goûter, pour un vol engagé à 4000 m d'altitude.

On va pas conquérir une montagne, la montagne nous tolère, donc c'est à nous de savoir notre place et savoir faire demi-tour.
Matthias Giraud

Déjà tout petit, ce Normand avait compris que la montagne, c'était toute sa vie. "Pour moi, c'est un mode d'expression qui est super intense, super unique et super épanouissant. J'adore ça, je ne m'en lasse pas. Plus j'en fais, plus je veux en refaire", affirme-t-il. Et Matthias a une manière bien à lui de l'exprimer. Il ne lui suffit pas de skier, il faut absolument sauter et ces sauts ont un nom : on appelle ça du base jump. "Si on saute d'un avion, c'est de la chute libre, si on saute d'un objet fixe, c'est du base jump", explique-t-il. C'est même devenu sa spécialité. 

Des Alpes aux États-Unis, c'est un tour du monde d'exploits, parfois vus comme des folies. C'est pourtant loin de ce que Matthias, plus connu sous le surnom de "Super Frenchie", a vécu le 6 juin au petit matin. Depuis le Dôme du Goûter (4304 m), il a dévalé avec ses skis un sérac de 80 m au-dessus de la face rocheuse de l'Aiguille, avant de se jeter dans le vide à 4000 m, d'ouvrir rapidement son aile légère de parachute pour un vol de trois minutes dans un couloir à risques. 

Pour cela, tout est calculé au millimètre. "Il y a l'angle de la pente, l'altitude, la densité d'air, la hauteur du sérac ou de la falaise qu'on va sauter, ça va déterminer comment on va plier notre parachute. On va pas conquérir une montagne, la montagne nous tolère, donc c'est à nous de savoir notre place et savoir faire demi-tour", admet-il humblement. Une fois sur deux, quand tous les éléments ne sont pas réunis, Matthias renonce et redescend. "L'Aiguille Blanche de Peuterey, j'ai attendu onze ans pour pouvoir le faire", reconnait-il. 

Et pour cette prouesse qu'il vient de réaliser, tous les feux étaient désormais au vert. "Là, j'ai eu la chance de pouvoir le faire, c'était un rêve que je désirais depuis tellement longtemps et maintenant, c'est devenu un souvenir", raconte-t-il. Et de poursuivre : "En descendant dans la vallée, c'est beau de pouvoir vivre ces instants magiques et de s'en souvenir. La magie du moment, c'est important, mais aussi ça vient avec une certaine mélancolie parce que la montagne change. Et je ne sais pas à quoi ça va ressembler dans dix ans. Il n'y a pas de longévité sans respect, donc maintenant le respect, il faut l'appliquer à la montagne", assure-t-il.  


V. F Reportage TF1 : Sylvain Millanvoye, Vincent Abellaneda et Jean-François Jouanne.

Tout
TF1 Info