VIDÉO - JO de Paris : au cœur d'un exercice top-secret du GIGN

par M.G | Reportage TF1 Florence De Juvigny et Vincent Pierron
Publié le 19 février 2024 à 7h00, mis à jour le 19 février 2024 à 9h45

Source : JT 20h WE

Les préparatifs sécuritaires pour les JO de Paris s'accélèrent.
À l'approche de l'événement, le GIGN multiplie les exercices en prévision d'attaques terroristes.
Le 20H de TF1 a pu suivre l'un d'eux, mettant en scène une prise d'otages dans un avion.

Dans quelques mois, Paris va devenir le centre du monde. En prévision des Jeux olympiques, les autorités peaufinent le dispositif de sécurité, dans un contexte international particulièrement tendu. L'unité spéciale du GIGN est une pièce essentielle de ces préparatifs. Le groupe d'intervention spéciale, qui effectue chaque année des exercices pour se préparer à tous les scénarios d'attaques terroristes, a ouvert ses portes à une équipe de TF1 lors d'une manœuvre simulant une prise d'otages dans un avion. 

L'adaptation en maître-mot

Imaginez 280 passagers pris en otage dans un appareil, alors au sol. La négociation n’aboutit pas et la force doit être utilisée. En quelques instants, les hommes du GIGN doivent tout savoir, tout comprendre du bolide, via les plans et les caméras à bord. Quels matériaux, quels accès, où se trouvent les terroristes... autant de points qu'il faut éclaircir en l'espace d'une poignée de minutes. "On a des avions qui sont plus ou moins grands, des mono-couloirs, des bi-couloirs, des configurations de caméras de sécurité très différente en fonction des compagnies. Il faut à chaque fois s’adapter", souligne le lieutenant-colonel Cédric X (son nom est passé sous silence pour des raisons évidentes), chef de la force d'intervention du GIGN

Après le briefing, les maîtres-mots de l'opération sont rapidité, coordination et efficacité. Tous les points d'entrées de l'aéronef sont pris d'assaut simultanément, y compris la soute. La précision est indispensable : sous le feu ennemi, il n'y a pas de seconde tentative. La phase d’approche demeure délicate, avec jusqu’à 80 kilos de matériel par personne. Mais l’équipement s'est perfectionné au fil des années, avec notamment des boucliers plus étroits pour maximiser la progression dans les allées exiguës. 

Ces images rappellent celles de Marignane en 1994, lorsque quatre terroristes retenaient plus de 400 passagers d’un vol Alger-Paris. Bien que relativement rare ces dernières années, une telle attaque n'est pas à exclure en période d'olympiades. En effet, 15 millions de visiteurs supplémentaires sont prévus dans la capitale cet été.


M.G | Reportage TF1 Florence De Juvigny et Vincent Pierron

Tout
TF1 Info