C'est un nouveau moment émouvant pour le chantier de Notre-Dame.
La grande croix a retrouvé sa place sur le toit du chœur ce vendredi.
Contrairement à la flèche et à la charpente, elle avait survécu à l'incendie ayant dévasté la cathédrale en 2019, et a donc été restaurée.

Ce vendredi 24 mai, sur le chantier de Notre-Dame de Paris, tous les regards étaient tournés vers le ciel, comme on le voit dans le reportage de TF1 ci-dessus. Au bout de l'élingue d'une grue, la croix de l'abside est revenue prendre sa place à l'arrière de la cathédrale. Une opération minutieuse, tant l'ouvrage est imposant avec ses deux tonnes et ses treize mètres de hauteur. "Il y a un petit peu de stress et une pression parce qu'il faut que tout ça s'emboîte bien. Il y a des heures de travail et de concertation entre différents corps de métier", explique Philippe Jost, directeur de l'établissement public Rebâtir Notre-Dame. 

On a laissé les imperfections et les stigmates liés à la chute. C'est une petite blessure, une cicatrice qu'on laisse en trace.
Alexandre Gury, ferronnier

Cette croix, dessinée et installée par l'architecte Viollet-le-Duc au XIXᵉ siècle, avait résisté aux flammes pendant près d'une heure le 15 avril 2019. Et puis, quand toute la charpente du chœur s'est consumée, elle est finalement tombée, comme le montre des nombreuses vidéos qui documentent l'incendie. Le lendemain, on l'a retrouvée sur un mur du monument blessé, tellement abîmée que l'on pensait devoir la refaire à neuf. On doit sa renaissance au savoir-faire des ferronniers d'art de Saint-Aubin-des-Bois, dans le Bocage normand. 

Dans la forge où la température avoisine les 1 100 °C, Alexandre Gury s'est lancé dans une opération de sauvetage. D'abord, il a fallu redresser toutes les ferrures qui servaient de support à la croix. "Tout se fait à l'œil. On n'a pas de moyen de mesure sur de la pièce forgée qui est irrégulière, autre que l'œil", indique-t-il. 

Puis, le ferronnier s'est attaqué à la croix elle-même, un chef-d'œuvre de ferronnerie qu'il avait récupéré dans un état apparemment désespéré. "Tout était emmêlé, tout était déformé par la chaleur et tout a été démonté et redressé dans la forge. On a laissé les imperfections et les stigmates liés à la chute. C'est une petite blessure, une cicatrice qu'on laisse en trace", détaille-t-il.

Une bénédiction par le recteur de Notre-Dame

L'habillage de plomb et son décor, eux, ont entièrement fondu lors de l'incendie. D'autres artisans d'art ont donc pris le relais, comme des ornemanistes qui maîtrisent le travail du plomb. Ils ont réinventé avec une sculptrice un dragon qui se mord la queue, dont il ne restait plus que le dessin de Viollet-le-Duc. "C'est très émouvant de redonner vie à ça. En fait, on a un ornement qui a disparu et on part d'une feuille blanche pour le retrouver. On travaille avec les architectes pour retrouver l'expression même de l'ornement et il reprend vie", raconte Vincent Combe, responsable du projet couverture. 

Avant le retour à Paris, il reste une dernière opération indispensable dans la cour de l'atelier : le levage à blanc pour voir si tout s'emboîte bien, avec l'appui d'une grutière qui se réjouit de faire partie de cette mission. "C'est impressionnant de participer à la reconstruction de Notre-Dame. C'est génial", dit-elle. Puis, vient le travail de dorure à l'or fin avant la bénédiction par le recteur de Notre-Dame.

Enfin, les charpentiers, les couvreurs, les ornemententistes et les architectes sont venus assister à la pose comme à une fête. "Symboliquement, c'est important que les Parisiens puissent voir la flèche, le coq doré et ils vont avoir en plus cet élément-là. Donc il va y avoir quelque chose de très beau sur Notre-Dame", se félicite Philippe Villeneuve, l'architecte en chef des Monuments historiques. 

Le retour de cette croix, si symbolique soit-elle, n'est qu'une étape. Elle permettra de continuer la couverture de la charpente et de poser notamment des crêtes de faîtage, des œuvres d'art fondues en atelier qui vont courir sur le chœur, sur la nef.  


V. F Reportage : Michel Izard et Bertrand Lachat

Tout
TF1 Info