"Bonne année, bonne santé", "s'embrasser sous le gui"... D'où viennent les expressions du Nouvel An ?

par Anta FALL
Publié le 29 décembre 2022 à 15h58, mis à jour le 30 décembre 2022 à 11h52

Source : JT 20h WE

Réveillonner, s’embrasser sous le gui, offrir des étrennes...
Vous connaissez ces us et coutumes qui survivent à l’épreuve du temps, mais savez-vous ce qu’elles signifient vraiment ?

Bonne année, bonne santé, bon réveillon… Vous allez sûrement prononcer ces expressions à l’approche de la fin de l’année. C’est l’occasion d’en apprendre plus sur leur origine et leur signification.

Bonne année, bonne santé

La coutume joint une phrase à la liesse festive « bonne année, bonne santé », dans le reportage de TF1 en tête de cet article, le linguiste, Bernard Cerquiglini, a décortiqué ces vœux qui nous accompagneront au début de cette nouvelle année : "Il ne faut pas oublier que de nos jours la santé est le contraire de la maladie. Or pendant des siècles, la santé, c'est le fait d’être sain de corps et d’esprit. On est sain lorsque l’on se trouve dans une situation de bonheur, de bien-être, et de confort à la fois matériel et physique."

Réveillon

Le spécialiste de la langue continue : "Le mot réveillon avec ce joli suffixe "-on" désigne un repas que l’on prend dans la nuit parce qu’on est réveillé ou afin d’être réveillé. C’est un souper". Cette soirée-là dite de l’an neuf, on réveillonne, c’est-à-dire que l’on participe à un dîner, parés de nos habits de fêtes. Cette tradition permet de se retrouver en famille ou entre amis lors d’un repas où l’on met les petits plats dans les grands.

S’embrasser sous le gui

Quand les druides se mêlent à la tradition, c’est sous le gui que cela se passe. Cette coutume nous vient de l’Antiquité, lors de laquelle nos ancêtres, les Gaulois, vénéraient ce végétal, considéré comme un vecteur de paix dans les foyers. Il était alors symbole d’immortalité, car ses feuilles restent vertes malgré l’arrivée du grand froid hivernal. Plus tard, au Moyen-Âge, il était d’usage de s’offrir cette plante et de prononcer les souhaits « Au gui de l’an neuf", même si les Français ne coupent plus le gui avec une serpe d’or, la poésie du geste perdure encore aujourd’hui. Dans le Nord de l’Europe, s’embrasser à minuit est gage de prospérité et de longévité.

Etrennes

Les étrennes viennent directement du latin "strena" désignant un cadeau donné un jour de fête à titre de bon présage. Selon le linguiste interrogé par nos journalistes, le sens de commencement est central, on le retrouve même dans l’expression "étrenner un nouveau costume". À l’époque romaine, le mot "strena" désigne les dattes et le miel qui faisaient office de cadeaux offerts le jour de l’an. De nos jours, pour de nombreux Français, ces dons de fin d’année sont plutôt une preuve de solidarité et de reconnaissance, véritable tradition.


Anta FALL

Tout
TF1 Info