Cinq ans après l'incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris, les principaux défis de sa restauration ont été relevés.
Alors que sa réouverture reste prévue le 8 décembre, plusieurs étapes restent à franchir.
La prochaine va donner lieu à un travail de plusieurs mois : la couverture de la nef, du chœur et de la flèche.

Les délais de ce chantier pharaonique sont en passe d'être tenus. Cinq ans après l'incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris, le 15 avril 2019, les principaux défis de sa restauration ont été relevés et une première célébration reste prévue le 8 décembre prochain, selon Philippe Jost, président de l'établissement public supervisant sa reconstruction. Ces dernières années, quelque 250 entreprises et des centaines d'artisans d'art, d'architectes et de professionnels ont œuvré à la reconstruction de ce symbole de la chrétienté, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco et chef-d'œuvre de l'art gothique. 

À l'intérieur, le nettoyage des murs, vitraux, voûtes et décors est quasiment achevé, conférant à la cathédrale une luminosité inconnue de mémoire de vivant. Le grand orgue, recouvert de poussière de plomb, a été nettoyé et ses 8000 tuyaux remontés un par un. Son harmonisation devrait encore durer six mois.

Le parvis dégagé à partir de l'automne

D'ici l'été, les couvreurs doivent poser au total 3700 tables de plomb d'une cinquantaine de kilos chacune sur la charpente du chœur, celle du transept et de la nef. Ainsi, Notre-Dame de Paris retrouvera la toiture telle qu'elle était avant l'incendie : même matière, même couleur, même lucarne et même faîtage.

Sur la flèche, le travail de toiture a commencé à 90 mètres de hauteur et s'est interrompu car il y a maintenant une autre priorité : enlever tous les échafaudages à ses pieds pour pouvoir combler le trou laissé par l'effondrement du 15 avril 2019. La voûte va alors être reconstruite avec 7000 pierres taillées d'une épaisseur de 20 centimètres. Quand cette opération sera terminée, normalement en juillet, l'étape suivante consistera à démonter les 60.000 barres d'acier de l'échafaudage à la croisée du transept. Et en août, Notre-Dame devrait retrouver tout son volume.

En attendant, les travaux continuent partout. On creuse notamment pour tirer des gaines et on explore pour tirer des câbles électriques. Un système anti-incendie inédit est en cours d'installation. Plusieurs centaines de dalles sont également remplacées et patinées pour épouser les anciennes sur les sols en damier noir et blanc. Des travaux sur du mobilier d'art intérieur sont aussi en cours d'achèvement. Il restera ensuite à remonter un échafaudage à l'extérieur pour achever la couverture, sur la flèche. 

À partir de l'automne, le parvis et les accès seront dégagés et réaménagés en lien avec la Ville de Paris, chargée de restructurer les abords de la cathédrale à l'horizon 2028.


La rédaction de TF1 | Reportage - Michel Izard, Thierry Gippet et Vincent Brossard

Tout
TF1 Info