Les drones continuent de s'inviter dans tous les aspects de la vie courante.
Dans certains cas, ils permettent même de se passer d'échafaudage.
Le JT de TF1 s'en est rendu compte sur place.

Ils entourent parfois un clocher ou surplombent un château... et peuvent gâcher la photo souvenir. À Amboise (Indre-et-Loire), les échafaudages masquent la vue sur la chapelle Saint-Hubert depuis plusieurs mois. 

Mais au château de Sully-sur-Loire (Loiret), un drone va enlever la mousse et les lichens sur les toitures et les façades. Le produit propulsé se trouve au sol, et un long tuyau alimente le drone. Le procédé a plusieurs avantages. "Ça rend beaucoup plus simples un certain nombre d'accès ; le temps de mise en œuvre est assez court ; on arrive à réduire le temps de chantier et le temps de réalisation de travaux", explique Didier Dardeau, pilote de drone.

Le président du Conseil départemental du Loiret, Marc Gaudet, souligne les économies réalisées, à savoir "30% de la dépense par rapport à la lourdeur d'un chantier avec échafaudage."

Au château de Villesavin (Loir-et-Cher), les travaux sont trop lourds pour faire appel à un drone, car il faut restaurer une partie de la toiture. Le coût de l'échafaudage représente 10% du budget prévu pour la couverture, soit environ 12.000 euros, selon la propriétaire.

Ici, le recours au drone a déjà permis de faire des diagnostics sur des parties difficiles d'accès du monument. De nouveaux outils au service d'un objectif : préserver ce patrimoine pour les générations futures.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : C. Madronet, M. Russel, T. Rolnik

Tout
TF1 Info