Grève à l’aéroport Paris-Charles de Gaulle : au moins 10% de vols annulés vendredi

C.G avec AFP
Publié le 1 juillet 2022 à 6h13, mis à jour le 1 juillet 2022 à 7h03
JT Perso

Source : Les MATINS LCI

10% des vols sont de nouveau annulés au départ et à l'arrivée de l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle (Val-d'Oise), vendredi 1er juillet.
En raison de rassemblements prévus à Paris-Charles-de-Gaulle et à Orly, il est vivement recommandé aux passagers d'arriver en avance.
Ces perturbations sont provoquées par un mouvement social sur fond de négociations salariales.

Nouvelle journée noire dans les aéroports parisiens. Après la journée compliquée du jeudi 30 juin, environ 10% des vols seront de nouveau annulés ce vendredi 1er juillet au départ et à l'arrivée de l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle (Val-d'Oise) en raison d'un mouvement social des pompiers lié aux salaires, ont annoncé les autorités.

Selon une porte-parole de l'administration, la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies de renoncer à un mouvement d'avions sur six entre 07h00 et 14h00 pour des raisons de sécurité car une grève des pompiers contraint à fermer une partie des pistes du premier aéroport français.

Une demande d'augmentation de salaire de 6%

Il s'agit de la même requête que la veille, jeudi 30 juin, premier jour de mobilisation des soldats du feu de l'aéroport. Les pompiers "revendiquent une prime de technicité et une revalorisation de la grille de salaires, vu les difficultés de recrutement en entrée de grille".

Selon Daniel Bertone, secrétaire général de la CGT du Groupe ADP, le gestionnaire des aéroports de Paris, les salaires des pompiers sont plus faibles que ceux proposés dans les Services départementaux d'incendie et de secours. Les salariés d'ADP réclament une augmentation de salaire de 6%, rétroactive au 1er janvier, tandis que la direction propose 3% au 1er juillet, selon les syndicats. ADP n'a pour l'instant pas souhaité faire de commentaire sur ce point.

Les salariés des plates-formes aéroportuaires parisiennes sont donc appelés à rejoindre une grève "multisectorielle", vendredi 1er juillet, comprenant le Groupe ADP et ses sous-traitants, à l'appel d'une intersyndicale, dans le prolongement de celle du 9 juin. Le préavis court jusqu'à dimanche inclus.

Ce mouvement social, avec des rassemblements prévus devant les terminaux 2E des aéroports de Charles-de-Gaulle et 4 d'Orly (Val-de-Marne), risque de ralentir les flux de passagers, à l'approche des installations ainsi qu'aux postes d'inspection filtrage. Le tri des bagages pourrait également en pâtir.

Lire aussi

Les passagers invités à arriver en avance

D'après Daniel Bertone, ces tensions "engendrent des retards qui peuvent conduire à des suppressions de vols, une fois que le retard est trop grand". De son côté, son homologue à la CFE CGC, Rachid Eddaidj, s'est dit incertain des conséquences opérationnelles du mouvement. La DGAC n'a pas demandé d'annulations de vols préventives à Orly.

Comme la veille, le groupe a donc conseillé aux passagers d'arriver en avance dans ses installations, à savoir "trois heures (avant le décollage prévu) pour un vol international, deux heures pour un vol domestique ou européen". Tout comme jeudi, Air France a dit avoir annulé plus de 10% de ses vols court et moyen-courriers vendredi à Charles-de-Gaulle et maintenu son programme long-courrier.


C.G avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info