La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) demande aux compagnies aériennes de renoncer à 33% de leur programme de vols à Paris-Orly le mardi 2 mai.
En cause, un mouvement de grève contre la réforme des retraites.
Les syndicats ont déposé, plus tôt dans la semaine, un préavis de grève pour le lundi 1er mai.

Des annulations et des retards sont à prévoir dans les aéroports franciliens. La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies aériennes de renoncer à 33% de leur programme de vols à Paris-Orly le mardi 2 mai, en raison d'un mouvement de grève à l'appel de syndicats mobilisés contre la réforme des retraites promulguée à la mi-avril.

Mercredi, la DGAC avait déjà demandé aux compagnies de réduire leurs vols d'un tiers à Orly et d'un quart à Roissy pour le lundi 1er mai. De nombreux aéroports en régions sont également concernés pour ce jour férié, notamment Marseille, Lyon, Bordeaux, Nantes et Toulouse. Pour mardi, la DGAC ne donne pas d'indications concernant l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle ou les aéroports régionaux. 

Les passagers invités à reporter leur voyage

Elle indique qu'elle appliquera les dispositions du service minimum pour Orly, mais qu'"en dépit de ces mesures préventives, des perturbations et des retards sont néanmoins à prévoir". Elle invite donc les passagers qui le peuvent à reporter leur voyage.

Selon la Fédération nationale de l'aviation et de ses métiers (Fnam), porte-voix des compagnies aériennes en France, la mobilisation contre la réforme des retraites s'est traduite au premier trimestre par 34 journées de grève. Quelque 3500 vols ont dû être annulés pendant cette période, dont 500 "à chaud", sans que les passagers n'aient pu être prévenus à l'avance. De son côté, l'organisme de surveillance du trafic aérien européen, Eurocontrol, a évalué à 10 millions le nombre de passagers touchés par la grève entre mars et début avril.


S.M avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info