Les aiguilleurs du ciel français étaient en grève, vendredi 16 septembre.
Un mouvement social qui a entraîné l'annulation de plus de 2400 vols en Europe.
Une nouvelle grève se profile à la fin du mois.

Plus de 45 minutes de retard par vol et 2400 trajets annulés. C'est le bilan de la grève menée vendredi 16 septembre par les aiguilleurs du ciel français. Des chiffres publiés lundi par l'organisme de surveillance du trafic Eurocontrol et alors qu'une nouvelle grève se profile à la fin du mois. "Plus de 2.400 vols ont été supprimés" en Europe pendant ce mouvement social, tandis que d'autres ont subi d'importants retards, de l'ordre de 45 minutes pour chaque trajet survolant le territoire français, a précisé le directeur général d'Eurocontrol Eamonn Brennan, dans un récapitulatif sur son compte Twitter.

Selon l'organisme, 28.967 vols ont eu lieu vendredi dernier, contre 31.450 la veille. Sur l'ensemble de la semaine, la moyenne quotidienne s'est établie à 29.438 vols par jour, une baisse de 2,2% par rapport à la semaine précédente, conséquence là aussi de la grève. Le mouvement social a été lancé par le Syndicat national des contrôleurs du trafic aérien (SNCTA, majoritaire) pour réclamer des augmentations de salaire face à l'inflation, mais aussi une accélération des recrutements.

Un préavis "pour négocier"

Après l'annonce de la grève, la Direction générale de l'aviation civile française (DGAC) avait demandé aux compagnies de renoncer préventivement à la moitié de leur programme de vols pour vendredi, soit "environ 1000 vols annulés" au départ ou à l'arrivée du territoire français. Ryanair, premier transporteur aérien du Vieux continent, avait évoqué l'annulation de 420 vols "survolant principalement la France", sans nécessairement s'y poser, et dénoncé un mouvement "injustifié".

Le SNCTA, qui a annoncé une nouvelle grève du 28 au 30 septembre inclus, s'inquiète "du niveau actuel de l'inflation ainsi que des recrutements à venir". Le syndicat veut mettre à profit cette période de préavis "pour négocier", selon un communiqué diffusé samedi. Ces professionnels s'alarment en particulier du départ à la retraite prévu d'un tiers des ingénieurs du contrôle de la navigation aérienne (ICNA) entre 2029 et 2035. Or, "au moins cinq ans séparent le recrutement de la qualification" et les capacités de formation sont "structurellement limitées".

Selon eux, il faut donc anticiper ce "mur des départs" dès l'année prochaine et budgéter des formations en ce sens, mais "après six mois de négociations pour préparer cette loi de finances [2023], le SNCTA ne dispose toujours d'aucun élément concret ni de garanties" répondant à ses demandes estime le syndicat.


A.B. avec AFP

Tout
TF1 Info