L'aviation civile demande aux compagnies aériennes d'annuler 33% de leurs de vols à Paris-Orly et 25% à Roissy, le 1er mai.
Des arrêts de travail qui concerneront également de nombreux aéroports en région.
Deux tiers des vols Vueling seront par ailleurs annulés au départ d'Orly ce weekend, suite à une grève du personnel navigant.

Pagaille attendue dans les aéroports parisiens ce weekend. La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies aériennes de renoncer à un tiers de leur programme de vols à Paris-Orly et un quart à Roissy-Charles-de-Gaulle le lundi 1er mai, en raison d'un mouvement de grève des contrôleurs aériens. 

Ces arrêts de travail, à l'appel de syndicats mobilisés contre la réforme des retraites promulguée à la mi-avril, concerneront également de nombreux aéroports en région : 33% des vols devront être annulés préventivement à Marseille, Lyon, Bordeaux, Nantes et Toulouse, tandis que 25% des mouvements seront supprimés à Nice et Beauvais, a précisé la DGAC dans un communiqué mercredi. "Des perturbations et des retards sont à prévoir", prévient le syndicat qui invite "les passagers qui le peuvent à reporter leur voyage et à s’informer auprès de leur compagnie aérienne pour connaître l’état de leur vol". 

Deux tiers des vols Vueling annulés ce weekend au départ d'Orly

Dans le même temps, plus des deux tiers des vols de Vueling au départ de sa base de Paris-Orly seront annulés ce week-end, a affirmé le syndicat d'hôtesses et stewards français de la compagnie, en grève pour les salaires et les conditions de travail.  "Le SNPNC-FO poursuit son mouvement de grève pour les 28, 29, 30 avril 2023 ainsi que les 1er, 6, 7, 8 mai 2023. Ce mouvement est reconductible en mai", a prévenu cette organisation, seule représentative des personnels navigants commerciaux (PNC) du transporteur low-cost espagnol en France. L'organisation "est toujours en attente d'une date de réunion afin de trouver une solution pérenne entre le syndicat et la direction pour mettre fin au mouvement social", a-t-elle précisé dans un communiqué de presse transmis à l'AFP. 

"Depuis plus de deux semaines, le SNPNC-FO reste sans retour aux nombreuses demandes de réunions", selon la même source. Le syndicat a ajouté que le mouvement de ce week-end "a un impact direct sur plus de 12.000 passagers au départ ou à l'arrivée", affirmant que 85% des PNC de Vueling avaient participé au mouvement le week-end dernier, et qu'autant devraient le faire pour celui du 1er mai, qui tombe au milieu des vacances scolaires en région parisienne. 

Dans son préavis, le syndicat a pointé un "manque de reconnaissance dans la rémunération (des) hôtesses et stewards", un "changement important des plannings à de nombreuses reprises dans le mois", une "déconnexion lors des jours de repos non respectée" et de "nombreuses erreurs dans la paie". Contactée mercredi par l'AFP, la direction de Vueling n'a pas répondu dans l'immédiat. La semaine dernière, elle en avait appelé "à la responsabilité du syndicat SNPNC-FO pour qu'il mette fin à la grève et qu'il privilégie le dialogue à la confrontation sociale".


S.M avec AFP

Tout
TF1 Info