Aéroports de Paris : des difficultés attendues pour les départs en vacances

Kattalin Caubet
Publié le 13 juin 2022 à 13h19
JT Perso

Source : JT 20h WE

Après les mobilisations de ce jeudi 9 juin, les aéroports de Paris souhaitent relancer un appel à la grève le premier week-end de juillet.
Les temps d’attente devraient être rallongés, il sera donc conseillé aux passagers de prendre beaucoup d’avance.

Les départs en vacances s’annoncent compliqués le premier week-end de juillet. L’intersyndicale des aéroports parisiens (ADP) a déclaré dans un tract, vouloir lancer une nouvelle grève à partir du 1er juillet.

Après la mobilisation de ce jeudi 9 juin, à Roissy-Charles de Gaulle, qui a entraîné de nombreux retards, ainsi que la suppression d’une centaine de vols, "les représentants des grévistes appellent à renforcer et élargir le mouvement". Un nouveau rassemblement pourrait donc avoir lieu à la veille des vacances d’été, mais cette fois les trois aéroports d’Orly, de Roissy-Charles de Gaulle et du Bourget devraient être concernés. Une porte-parole du gestionnaire ADP a indiqué à l’AFP, ne pas être au courant de cet appel à la grève, ce qui signifierait que le préavis n’aurait pas encore été déposé. 

Des négociations pour hausser les salaires

La hausse des salaires est la cause principale de ce conflit. La revendication portée par les syndicats jeudi dernier concernait une augmentation de 300 euros pour tous les salariés de Roissy. Malgré le regroupement de presque 1000 personnes, les demandes n’ont pas été satisfaites et la direction aurait seulement proposé une hausse de 0,5% des salaires. 

"Pour faire face à la crise sanitaire, les salariés ont dû accepter des baisses de salaire de l’ordre de 18% par la suppression de primes et d’indemnités. Il y avait eu de grosses grèves l’année dernière et ceux qui n’ont pas signé cet avenant, 180 personnes, ont été licenciées", a rappelé une responsable de la CGT au Parisien, avant d’ajouter, "Aujourd’hui que le trafic reprend, on ne peut pas revenir à fond avec des conditions de travail et de salaire dégradées."

Les passagers devront prendre des précautions

Les temps d’attente devraient être fortement rallongés, car une pénurie d’agents de sécurité et d’agents d’escale est attendue. Il est donc conseillé aux passagers d’arriver avec au moins 3 heures d’avance sur leur vol pour éviter de retrouver les queues interminables qui ont eu lieu dernièrement.

Néanmoins, le trafic aérien, qui s'était effondré sous l'effet de la pandémie du Covid-19, a bien redémarré et devrait atteindre jusqu'à 95 % de son niveau de 2019 cet été, selon Eurocontrol. Seulement, après avoir licencié de nombreux employés pour traverser la pandémie, les entreprises du secteur rencontrent aujourd'hui de grandes difficultés pour recruter. Ce qui a accentué la pénurie de personnel et donc la pression sur des salariés qui ont davantage travail. 


Kattalin Caubet

Tout
TF1 Info