La SNCF a proposé jusqu'à 1900 euros de primes aux cheminots travaillant durant les Jeux olympiques et paralympiques, ce mercredi.
Cela revient à 95 euros d'indemnité journalière durant cette période.
Les syndicats doivent désormais donner leur réponse à la compagnie ferroviaire.

La SNCF a rendu son offre finale. Les négociations pour les primes accordées aux cheminots durant les Jeux olympiques et paralympiques se sont achevées mercredi, à l'issue de nombreux rendez-vous sur le sujet ces derniers mois. Résultat : la compagnie ferroviaire a formulé une proposition de prime journalière de 95 euros pour les agents qui travailleront du 22 juillet au 8 septembre, date de la fin des Paralympiques.

"L'indemnité proposée est de 95 euros par jour travaillé durant les épreuves sportives pour les 50.000 cheminots mobilisés sur tout le territoire, quel que soit le métier", avec un montant total de "1.900 euros maximum", a ainsi indiqué la compagnie ferroviaire. Les syndicats doivent désormais valider le projet d'accord. Ce dernier est "ouvert à la signature des organisations syndicales jusqu’au mardi 4 juin".

D'autres compensations financières prévues

Selon Le Parisien, d'autres compensations financières sont aussi prévues durant cette période olympique pour le personnel de la SNCF. La direction du groupe a ainsi proposé ce mercredi une "indemnité journalière spécifique de garde d’enfants jusqu’à 12 ans" d'un montant de 50 euros. Si cet accord est validé, les cheminots se verront aussi octroyer une indemnité journalière de 22,76 euros pour poser des congés lors d'une période où l'activité sera moins forte. 

En janvier, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait proposé aux policiers et agents du ministère de l'Intérieur le même montant de primes durant les Jeux olympiques et paralympiques. Celles-ci pourront donc également s'élever jusqu'à 1900 euros pour ces fonctionnaires.


T.A. avec AFP

Tout
TF1 Info