Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Nouvelles primes à la conversion : les diesel exclus dès le mois prochain ?

Laurence VALDÉS
Publié le 24 juillet 2020 à 16h30
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

COUP DE POUCE - L'aide de l'Etat proposée depuis juin pour acheter une voiture plus propre va évoluer dans les prochains jours. La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, qui souhaite privilégier les véhicules "les moins polluants", donne en exemple l'exclusion du "diesel". Rien n'est cependant arrêté dans l'immédiat.

Victimes de leur succès, les 200.000 primes à la conversion (comprendre, à la casse) proposées par l'Etat depuis le 1er juin seront déjà épuisées fin juillet. Le gouvernement a annoncé qu'il prolongerait cette aide à l'achat d'une voiture plus propre... mais en la remaniant. Tout en rappelant que la nouvelle version du dispositif n'était toujours pas arrêtée en haut lieu, la nouvelle ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a cependant évoqué quelques pistes ce jeudi.

A l'entendre, les voitures diesel pourraient bientôt ne plus bénéficier de la prime. C'est en tout cas le souhait qu'elle a exprimé sur France Inter : "Je pense que ce serait bien si on ne pouvait plus mettre de diesel [dans cette prime à la conversion]", a-t-elle ainsi suggéré, après avoir évoqué l'idée de "resserrer les critères sur les véhicules les moins polluants". 

Sollicité ce vendredi 24 juillet par LCI, le ministère de l'Economie, qui avait annoncé le prolongement du dispositif mi-juillet, n'a pas souhaité commenter le sujet. "Ce n'est pas encore arbitré" a, de toute façon, insisté Barbara Pompili. Celle-ci a, en revanche, confirmé que les critères seraient bel et bien revus "à partir d'août". 

Ce dispositif a été lancé il y a deux mois pour soutenir l'industrie automobile, largement pénalisée par le confinement. Il s'agit actuellement d'une version élargie de la prime à la conversion qui avait cours avant la crise. Attribuée sous conditions de revenus (revenu fiscal de référence de 18.000 euros maximum par part), elle permet d'être remboursé de 3.000 euros pour l'achat d'une voiture récente essence ou diesel et 5.000 euros pour une électrique ou hybride rechargeable, à condition dans tous les cas de mettre au rebut un véhicule ancien. 


Laurence VALDÉS

Tout
TF1 Info