Paris, Lyon, Marseille... Quelles interdictions pour les véhicules polluants ?

par Manon MICHEL
Publié le 19 mai 2023 à 12h35
JT Perso

Source : Les MATINS LCI

Face aux enjeux climatiques, de nombreuses métropoles interdisent les véhicules polluants ou trop anciens.
Les vignettes Crit'Air permettent de déterminer les différents niveaux d'émission de pollution.
Le gouvernement souhaite par ailleurs mettre en place des zones à faibles émissions (ZFE) dans 43 agglomérations.

Des pics de pollution de plus en plus fréquents sont observés en France. Pour remédier à cela, les véhicules trop polluants sont progressivement interdits. L'outil national Crit'Air est déjà utilisé dans plusieurs métropoles en France. Concrètement, cela se traduit par une vignette de couleur apposée sur le pare-brise du véhicule, permettant de le classer en fonction de son niveau de pollution.

Au-delà des interdictions par villes, le gouvernement souhaite généraliser les ZFE (Zones à Faibles Émissions) au 31 décembre 2024. Les 43 agglomérations de plus de 150.000 habitants de France métropolitaine sont concernées.

À Paris, des interdictions reportées

Dans la capitale, l'interdiction des voitures polluantes ne cesse d'être reportée. En effet, la circulation des véhicules à vignette Crit’Air 3 dans la ZFE de Paris devait être interdite à partir de juillet 2022 puis 2023. Or, elle est reportée "à la fin de l’année 2024 ou au début de l’année 2025", d’après un communicant de la Métropole du Grand Paris. Pour rappel, la catégorie Crit’Air 3 désigne les modèles essence d’avant 2006 et les diesels d’avant 2011. Ce report sera officialisé en juin prochain lors d’un conseil métropolitain.

Les vignettes de catégorie Crit'Air 4 sont d'ores et déjà interdites depuis le 1er juin 2021 à l'intérieur du périmètre de l'autoroute A86 et dans Paris intra-muros. Il s'agit des véhicules de norme Euro 3, des diesels d'avant 2006 et des motos d'avant juillet 2004.

À Lyon, fini les Crit'Air 4 et 3 et 2 à partir de 2028 ?

Des mesures sont d'ores et déjà mises en place à Lyon. En effet, depuis le 1er septembre 2022, la ville interdit l’accès aux véhicules dotés d’une vignette Crit’Air 5 (les diesels datant d'avant 2001) dans sa ZFE urbaine. Le média spécialisé Caradisiac précise que la métropole française prévoyait d’étendre progressivement ces interdictions aux véhicules Crit’Air 4, 3, et 2, jusqu’à bannir totalement le diesel même neuf dès l’année 2026.

Néanmoins, comme à Paris, des reports sont à prévoir. Au lieu de 2026, cette interdiction devrait être effective en 2028 également. Les voitures non classées Crit'Air sont également d'ores et déjà interdites (les modèles datant d'avant 1997).

Lire aussi

À Marseille, 82% de la qualité de l'air améliorée grâce à la ZFE

Du côté de la cité phocéenne, l'interdiction des véhicules à vignette Crit’Air 3 est pour l’instant prévue pour septembre 2024. Seuls les véhicules Crit'Air 5 ou non classés sont pour l'instant interdits de circuler et de stationner dans la ZFE-m. Depuis le 1er septembre 2022, pour circuler et stationner avec un véhicule motorisé dans la zone à faibles émissions mobilité (ZFE-m) de Marseille, il faut être obligatoirement être équipé de sa vignette Crit’Air.

Cette mesure vise à réduire la pollution chronique liée au trafic routier, et à mieux protéger les habitants et les professionnels qui y sont exposés, comme le rapporte le site de la métropole Aix-Marseille-Provence. À terme, la zone à faibles émissions mobilité de Marseille permettra d’améliorer la qualité de l’air pour 82% des Métropolitains les plus exposés au dioxyde d’azote.

À Strasbourg, près de 500 décès prématurés par an dus à la pollution

Depuis le 1er janvier 2022, la circulation et le stationnement des véhicules les plus polluants sont interdits dans la zone à faibles émissions (ZFE) de Strasbourg. Soit les véhicules sans vignette, ainsi que les véhicules Crit'Air 4 et 5. Des interdictions primordiales lorsqu'on regarde les conséquences sur la santé publique, citées par le site officiel de la ville.

En effet, grandement impactée par les moteurs essence et diesel des voitures et camions, la mauvaise qualité de l’air dans l’Eurométropole de Strasbourg est responsable de près de 500 décès prématurés par an (maladies cardio-respiratoires ou cérébrales, cancers…).

Tableau vignette Crit'Air
Tableau vignette Crit'Air - Ministère de la Transition écologique

À Toulouse, une nouvelle phase depuis janvier 2023

Depuis le 1er janvier 2023, la mesure nationale de lutte contre la pollution est entrée dans une nouvelle phase, avec l'interdiction des véhicules légers Crit'Air 4 et 5. La Dépêche précise que la zone "interdite" englobe Toulouse à l’intérieur du périphérique, ainsi qu’une partie du périphérique ouest, notamment. Les contrevenants risqueront une amende de 68 euros (voitures) ou 135 euros (poids lourds et cars).

Lire aussi

À Bordeaux, une circulation différenciée

En cas de pollution atmosphérique prolongée (dès le troisième jour consécutif de niveau 3, dit niveau d'alerte), la circulation différenciée est mise en place à Bordeaux. Lors de sa mise en place, dès le 4e jour de 6h à 22h, sur l'ensemble du réseau routier situé à l'intérieur de la rocade de Bordeaux, seuls les véhicules dotés de vignettes Crit'Air 0, 1, 2 ou 3 sont autorisés à circuler, comme le rapporte le site de la ville.

À Montpellier, une année pédagogique en 2023

Depuis le 1er janvier 2023, la seconde phase de la ZFE est mise en place. Pour les particuliers, les interdictions concernent les voitures essence antérieures à 1997 (1ère immatriculation jusqu’au 31 décembre 1996) et voitures diesel antérieures à 2001 (1ère immatriculation jusqu’au 31 décembre 2000). Le site de la métropole précise que pour les motards, l’interdiction des deux-roues motorisés non classés (immatriculés avant juin 2000) est reportée au 1er janvier 2024. 2023 reste une année pédagogique, et personne ne sera verbalisé. 


Manon MICHEL

Tout
TF1 Info