Kevin Speed, cette start-up qui veut lancer des TGV vraiment low-cost

par M.D.
Publié le 1 mars 2024 à 17h39

Source : JT 20h WE

La compagnie Kevin Speed a commandé 20 automotrices à grande vitesse au groupe Alstom et a annoncé ce jeudi la signature d'un accord-cadre avec la SNCF.
La jeune pousse française prévoit de faire rouler des trains à petits prix entre Paris, Lille, Lyon et Strasbourg, à partir de 2028.

Son nom ne vous dit rien ? Rien d’étonnant, les trains de la compagnie Kevin Speed ne circulent pas encore sur le réseau français. La startup tricolore a annoncé ce jeudi la signature d’un accord-cadre avec la SNCF pour faire rouler ses propres trains entre Paris, Lille, Lyon et Strasbourg, à partir de 2028. En vue de son déploiement, la compagnie a passé commande auprès du constructeur Alstom pour obtenir une flotte de vingt AGV (Automotrice à grande vitesse, le successeur du TGV).  

La compagnie promet des billets dès 3 euros aux 100 km (en heure creuse) pour les trains à destination de Strasbourg et Lille et à partir de 5 euros aux 100 km (en heure creuse) pour ceux partant pour Lyon. Pour afficher un tarif le plus bas possible, la compagnie s’inspire du modèle des compagnies aériennes low-cost, comme Ryanair ou EasyJet. 

"Pour être rentable, il faut que nos trains roulent toute la journée, du matin au soir, et qu’on vende des billets jusqu’à dix fois par jour sur la même place. Donc, on a prévu que nos trains se retournent plus rapidement", explique le PDG de Kevin Speed, Laurent Fortune, au micro de France Bleu Picardie

C’est un train qui a deux portes par voiture (…). Ce qui permet d’avoir des échanges beaucoup plus rapides de montée-descente des voyageurs
Laurent Fortune, le PDG de Kevin Speed, au micro de France Bleu Picardie

Pour cela, la compagnie ferroviaire a opté pour l’AGV. Semblable au TGV dont il reprend une caractéristique importante, l'articulation des voitures, il innove notamment par sa motorisation répartie le long de la rame, contrairement aux TGV dont la motorisation est concentrée dans deux motrices aux extrémités. De ce fait, il est "meilleur à l’accélération-freinage que ceux qui existent", souligne, auprès de nos confrères, le patron de Kevin Speed.

Autre avantage, "c’est un train qui a deux portes par voiture, une à la montée, une à la descente (…). Ce qui permet d’avoir des échanges beaucoup plus rapides de montée-descente des voyageurs", explique Laurent Fortune. Au niveau du confort, il faudra accepter de voyager un peu serré. "Ça ressemblera plutôt à un RER ou un TER", décrit-il. Les voyageurs auront droit à un petit bagage gratuit dans le rack à bagages, mais "il faudra acheter la place à côté" si on transporte un gros bagage, précise-t-il.

La compagnie ferroviaire promet 16 passages quotidiens, à chaque heure, de 6h à 22h, dans les deux sens pour la ligne nord aux gares de Lille Flandres, TGV Haute-Picardie et Paris Gare du Nord. Idem pour la ligne aux gares de Strasbourg-Lorraine TGV, Meuse TGV1, Champagne-Ardenne TGV et Paris Gare de l'Est et pour la ligne centre aux gares de Lyon Part-Dieu, Macon-Loché TGV, Le Creusot-Montceau-Montchanin TGV et Paris Gare de Lyon.


M.D.

Tout
TF1 Info