"On voit bien que c'est une mesure qui ne sert à rien" : les motards mobilisés contre le contrôle technique obligatoire

par La rédaction de TF1info | Reportage : L. Deschateaux, C. de Kervenoael, C. Blanquart
Publié le 14 avril 2024 à 12h12

Source : JT 20h WE

Ils étaient des dizaines de milliers, de Paris à Toulouse en passant par Rennes.
Les motards se sont mobilisés pour dire non aux contrôles techniques.
Ces derniers seront obligatoires pour les deux-roues dès le lundi 15 avril.

Les Champs-Élysées étaient complètement bloqués dans l'après-midi du 13 avril. Au total, 10.000 motards s'étaient donné rendez-vous à Paris, pour manifester contre le contrôle technique obligatoire des deux-roues. Dès lundi, scooters, motos, quads, ou encore tricycles, devront passer un contrôle technique, comme c'est déjà le cas pour les voitures. De quoi susciter la colère des motards, qui se mobilisent partout en France, ce week-end. Tous dénoncent cette nouvelle dépense qui leur sera imposée tous les trois ans, pour un prix variant de 50 à 100 euros, selon les centres.

"On voit bien que c'est une mesure qui ne sert à rien", estime un motard dans le reportage de TF1 ci-dessus, "l'entretien on ne le néglige pas, parce que c'est notre sécurité, c'est notre peau qui est en jeu". Un autre abonde : "Un passionné, il va faire attention à l'état de sa moto, il va regarder les pneus, les freins, c'est obligé, on le fait systématiquement".

Un contrôle réclamé par Bruxelles depuis 10 ans

Les contrôles seront étalés dans le temps, trois millions de véhicules étant concernés. Les premiers seront ceux immatriculés avant 2017, qui devront être contrôlés avant le 31 décembre prochain. L'objectif de la mesure est d'améliorer la sécurité sur les routes, en interdisant la circulation des véhicules mal entretenus. L'Union européenne réclamait à la France d'appliquer ce contrôle technique pour les deux-roues depuis 2014.

En tout, 77 points de contrôles sont prévus, comme les feux, les pneus et suspensions, ou encore le bruit et la pollution. Pour continuer à vendre ses mots d'occasion, Olivier Bouchet, concessionnaire dans le Val-d'Oise, se prépare à les faire contrôler, comme il le montre dans la vidéo en tête de cet article.


La rédaction de TF1info | Reportage : L. Deschateaux, C. de Kervenoael, C. Blanquart

Tout
TF1 Info