L'association Prévention routière a lancé jeudi une pétition pour la généralisation de l'abaissement à 30 km/h de la vitesse maximale en ville.
Selon elle, cette mesure est "la seule solution efficace pour [permettre] une meilleure cohabitation sur la route et dans nos rues".
Plusieurs villes ont déjà pris cette mesure sur l'ensemble ou une partie de leur réseau.

Une pétition pour généraliser partout la baisse de la vitesse en ville à 30 kilomètres/heure. L'association Prévention routière invite ce jeudi "les Français à signer ce texte" pour faire appliquer dans toutes les agglomérations cette mesure, déjà mise en place en partie ou sur l'ensemble du réseau à Paris, Strasbourg, Lille, Rennes ou encore Toulouse. "Généraliser le 30 km/h dans les hypercentres et les axes résidentiels de France est la seule solution efficace pour une meilleure cohabitation sur la route et dans nos rues, alors même que les accidents mortels repartent à la hausse cette année", justifie l'association dans son communiqué.

Aujourd'hui, l'allure maximale autorisée en ville est de 50 km/h. Depuis 1990, la loi autorise les maires à moduler les limitations dans leurs communes. Il leur est aussi possible depuis 2015 d'unifier la vitesse maximale autorisée sur toutes leurs routes. Concrètement, la Prévention routière entend donc pousser pour faire modifier la loi. "Nous demandons la modification du code de la route, son article R413-3 qui dit que la vitesse en agglomération est de 50 km heure, et que la vitesse en agglomération soit réduite à 30 km/h", développe ainsi sa déléguée générale, Anne Lavaud.

Favoriser la marche et le vélo

Au-delà des arguments sur la sécurité, les municipalités qui ont déjà fait ce choix justifient souvent leur décision par la nécessité de réduire la pollution atmosphérique. Selon Anne Lavaud, cette réforme serait "pragmatique" sur le plan du développement des mobilités actives, favorisant à la fois l'utilisation du vélo ou la marche et sont "bonnes pour la santé et la planète".

L'association espère faire entendre sa voix sur ce sujet à l'occasion de la campagne des élections municipales en 2026. "Plus cette pétition recueillera de signatures, plus nous serons légitimes auprès des pouvoirs publics et des élus locaux pour généraliser le 30 km/h en ville et ainsi sauver de nombreuses vies sur les routes", assure ainsi Anne Lavaud. En 2022, 302 piétons sont décédés dans les rues d'une agglomération.


T.A. avec AFP

Tout
TF1 Info