La CGT-Cheminots et SUD-Rail ont décidé de ne pas appeler à la grève des contrôleurs pour les week-ends de Noël et du Nouvel An.
Les syndicats ont néanmoins maintenu leur préavis, permettant à chacun de se joindre ou non au mouvement.
Un plan de transport doit être détaillé mardi par la SNCF.

Surprise pour les voyageurs durant les fêtes. Les syndicats CGT-Cheminots et Sud-Rail, via un communiqué de ce dernier, ont annoncé ne pas appeler à la grève des contrôleurs durant les week-ends de Noël et du nouvel An. Toutefois, les deux organisations maintiennent leurs préavis de grève, laissant à chacun le choix de cesser ou non le travail.

La grève "à disposition" des contrôleurs

Une subtilité et un grand flou causés par l'incapacité au sein du collectif des contrôleurs, qui ont mandaté les syndicats, de dégager une position majoritaire. Alors que certains voulaient poursuivre la grève, d'autres souhaitaient arrêter. "Nous avons décidé de laisser notre outil syndical à disposition" pour permettre à ceux qui le souhaitent de se mettre en grève, a indiqué SUD-Rail, tandis que la CGT entend aussi laisser l'opportunité à ses adhérents de "s'impliquer dans la démarche".

De leur côté, la CFDT n'avait, lundi 19 décembre, toujours pas fait connaître sa position tandis que l'Unsa-Ferroviaire a levé son préavis dès vendredi, considérant que les propositions de la direction de la SNCF étaient "d'un très bon niveau". L'entreprise publique a proposé d'augmenter la prime de travail des contrôleurs de 600 euros par an, dont une partie serait intégrée au salaire en 2024, ainsi qu'une indemnité supplémentaire de 600 euros bruts par an. D'autres mesures spécifiques pour l'avancement ont été mises sur la table afin de faciliter le déroulement de carrière des chefs de bord.

Un plan de transport ce mardi

Mais pour Sud-rail, cette consultation "n'aura pas permis de dégager une position majoritaire". Le syndicat invite donc la direction de la SNCF à "rehausser ses propositions pour permettre l'apaisement de la situation". En attendant, des perturbations sont attendues, la dernière grève des contrôleurs ayant été particulièrement suivie parmi les 10.000 chefs de bords concernés. 60% des TGV et Intercités avaient été annulés. Désormais, les contrôleurs qui souhaitent se mettre en grève ont jusqu'à mercredi soir pour informer la direction de leur intention de travailler ou pas.

"Nous regrettons le maintien des préavis alors que des mesures concrètes et conséquentes étaient sur la table au terme de plusieurs semaines de négociations, même si nous prenons acte du choix des organisations syndicales de ne pas appeler à la grève", a réagi la filiale SNCF Voyageurs lundi. "Nous avons tout fait pour trouver une issue favorable et éviter un conflit qui sera pénalisant pour les voyageurs. Nous espérons que l’absence d’appel à la grève sera entendu par chaque chef de bord, à une période de l’année où les Français comptent tant sur nous pour les faire voyager."

 La SNCF devrait être en capacité de détailler son plan de transport dans la journée de mardi, afin de permettre aux voyageurs "de s'organiser dans les meilleurs délais".


A. Lo. avec AFP

Tout
TF1 Info