Avec 122 millions de passagers transportés en TGV en 2023, la SNCF enregistre une année record

par JC avec AFP
Publié le 19 janvier 2024 à 14h41

Source : JT 13h Semaine

Le nombre de passagers transporté est en hausse de 4% par rapport à une année 2022 déjà historique, a annoncé la compagnie ferroviaire ce vendredi.
Les TER connaissent aussi un engouement inédit avec une fréquentation en hausse de 8% en 2023.
La SNCF se heurte toutefois au manque de trains pour répondre à l'explosion de la demande.

Les TER connaissent eux aussi un engouement inédit avec une fréquentation en hausse de 8% en 2023, soit une augmentation de 21% en quatre ans par rapport à l'avant-Covid. Les "progressions sont exceptionnelles dans certaines régions" comme en Occitanie, où le nombre de voyageurs a augmenté de 40% en quatre ans, a indiqué Christophe Fanichet. Les trains Intercités ont eux aussi connu une croissance soutenue, avec 11 millions de voyageurs (+4,5%).

La demande loisir a progressé de 2% par rapport à l'année précédente, mais c'est surtout la demande professionnelle qui a porté la croissance (+6%). "Nous avons retrouvé dès 2023 - avec un an d’avance sur les prévisions - le niveau des clients pros que nous connaissions avant les années de crise sanitaire", s'est réjoui Christophe Fanichet. 

Un TGV sur trois complet

"On est bien à l'âge d'or du train. On est en train de construire un cercle vertueux du ferroviaire", a salué le patron de SNCF Voyageurs. Pour autant, "cette croissance a été limitée par des effets de saturation", a-t-il indiqué, autrement dit le manque de trains, notamment pendant les périodes estivales, de Noël ou les vacances. "Un TGV sur trois a circulé complet l'an dernier", a-t-il précisé. Ce taux monte à 60% pour le Ouigo, le TGV low-cost à classe unique, sans voiture bar et sans remboursement possible.

Avec seulement 364 rames TGV, SNCF Voyageurs ne dispose pas de suffisamment de trains pour répondre à la demande grandissante. En dix ans, la compagnie a perdu 105 rames, mises au rebut alors que le TGV traversait une crise de rentabilité, même si l'offre de places a augmenté de 13% dans le même temps grâce à l'arrivée des TGV Duplex, qui ont plus de sièges.

Pour tenter combler ce déficit, la SNCF a commandé 115 TGV-M nouvelle génération à Alstom, avec plus de sièges, mais les premiers exemplaires ne seront livrés qu'en 2025, puis à un rythme de 12 par an. "Je suis agacé qu'on attende les TGV-M" construits par Alstom et qui ont déjà pris du retard, a regretté Christophe Fanichet. "Si j'avais plus de trains, je pourrais emmener plus de voyageurs", a-t-il poursuivi.

Des billets pris de plus en plus en avance

Le groupe ferroviaire a aussi lancé un programme pour prolonger la durée de vie de ses rames existantes de 2 à 10 ans. Enfin, la SNCF prévoit aussi dans les années à venir de faire progresser son offre Ouigo, des trains qui proposent une centaine de places en plus par rapport aux TGV InOui. Actuellement, 38 rames Ouigo sont en circulation. Elles seront 50 début 2027. Un Ouigo roule beaucoup plus qu'un TGV classique, avec 700.000 km parcourus par an en moyenne contre 400 à 450.000 km pour une rame InOui.

L’engouement pour le train amène les clients à prendre leurs billets de plus en plus en avance. "Un billet sur deux est acheté plus de 24 jours avant le départ", a indiqué Christophe Fanichet, soit trois jours de plus qu'en 2022. En 2024, les effectifs de SNCF Voyageurs, qui compte 66.000 employés, vont croître pour la deuxième année d'affilée, après de nombreuses années de régression.  Le patron de SNCF Voyageurs a par ailleurs rappelé que les prix des TGV InOui n'augmenteraient pas au-delà du niveau de l'inflation en 2024, tandis que ceux du Ouigo resteraient gelés, malgré la hausse des péages ferroviaires et du prix de l'énergie.


JC avec AFP

Tout
TF1 Info