Le ministre des Transports présente ce mercredi un plan destiné à réguler l'usage des trottinettes électriques sur la voie publique.
Parmi les mesures déjà annoncées : le relèvement de l'âge minimum pour conduire ces petits engins.
En revanche, l'obligation du port du casque n'est pas prévue.

Cela fait plusieurs semaines que le gouvernement l'annonce, il doit être présenté ce mercredi 29 mars. Le ministre des Transports, Clément Beaune, doit officialiser son plan destiné à réguler l'usage des trottinettes électriques sur la voie publique. Une annonce qui intervient alors que la mairie de Paris organise dimanche un référendum pour déterminer s'il faut interdire ou non l'utilisation de ces petits deux-roues en libre-service dans la capitale.

En mars dernier, alors que Clément Beaune dessinait les premiers contours de son plan dans les colonnes du Journal du dimanche, il avait assuré vouloir "réguler" sans "interdire" l'usage des deux-roues électriques, avec un texte restant "dans l'esprit de la loi sur les mobilités de 2019, qui a laissé un maximum de régulation aux villes", tout en proposant de les aider avec un "cadre national renforcé".

"Il ne s'agit pas d'un jouet"

Dans une interview donnée à 20 Minutes ce mercredi, le ministre des Transports explique que le plan est articulé "autour de trois grands axes : réglementation, sensibilisation des utilisateurs et engagements des opérateurs". Parmi les principales mesures du texte : l'âge minimum pour utiliser une trottinette électrique sur la voie publique qui sera relevé de 12 ans minimum à 14 ans "pour protéger les plus jeunes", détaille Clément Beaune. Par ailleurs, les amendes contre les comportements dangereux - comme circuler à deux sur un engin et sur des voies interdites - seront fortement augmentées passant de 35 à 135 euros. 

"On sait que dans un accident sur cinq, les utilisateurs étaient deux sur l'engin, c'est important de faire comprendre qu'il ne s'agit pas d'un jouet", alerte le ministre. Le plan prévoit aussi la création d’un observatoire des micromobilités et une charte d’engagement que devront signer dès mercredi les opérateurs (sécurité des usagers, travail sur la durée de vie des batteries d’un minimum de cinq ans, recyclage obligatoire en France...)

Autres mesures déjà annoncées début mars : la mise en place de numéros d'identification apparents sur les trottinettes en libre-service, la généralisation de la double béquille et le renforcement des contrôles pour les deux-roues mal stationnés. Quant au port obligatoire du casque, "la réflexion reste ouverte : pour le moment, nous avons fait le choix de ne pas l’imposer, mais il est fortement recommandé et nos campagnes de communication vont le répéter", précise Clément Beaune.

Le gouvernement va ainsi développer "des campagnes de prévention sur les risques notamment", explique-t-il, ajoutant qu'un "observatoire", "réunissant des membres de tous bords, politiques, associatifs et professionnels, permettra de produire des connaissances objectives sur l'usage des trottinettes électriques en France", avec des chiffres sur l'accidentologie, des éléments sur les causes des accidents ou encore sur les bénéfices environnementaux des trottinettes. Pour rappel, entre 2019 et 2021, le nombre d’accidents mortels impliquant des trottinettes électriques a bondi de 120%.  


A.B. avec AFP

Tout
TF1 Info