Le prix des billets d'avion a augmenté de 43,5% sur un an en France, toutes liaisons confondues, selon les derniers chiffre officiels.
Un bond qui a même atteint 54,5% en juillet par rapport à juillet 2021.
Une hausse qui s'explique par plusieurs facteurs, dont l'inflation et la flambée du prix du kérosène, qui semble partie pour durer.

Certains prix ont été multipliés par deux par rapport à l'été dernier. Avec la flambée des prix du kérosène et une demande en forte hausse, le prix des billets d'avion s'envole : il a augmenté de 43,5% en un an en France, toutes liaisons confondues, selon les chiffres de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC). Des prix qui ont même bondi de 54,5% en juillet, par rapport à juillet 2021, sur les moyen-courriers en partance de France pour des destinations européennes, très prisées cet été. 

Si la situation reste très difficile à prédire, les experts estiment que cette hausse devrait se poursuivre dans les prochaines semaines, avant de baisser au début de l'automne, alors que Michael O'Leary, le patron de Ryanair, prévoyait début août la fin des billets aux prix ultra-réduits. L'envolée des prix est toutefois moins importante pour les long-courriers internationaux - en hausse de 28,8% en un an - liaisons encore affectées par certaines restrictions de circulation liées à la situation sanitaire. 

Réservations tardives, demande en hausse et pénuries de personnel

Les voyagistes confirment cette tendance, aussi bien du côté des compagnies low cost que de celui des compagnies classiques. "Il y a une augmentation mécanique liée à la hausse du pétrole et à l'inflation", phénomènes accélérés par la guerre en Ukraine, résume auprès de l'AFP Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage. "Et puis il y a un phénomène plus récent : les réservations tardives. Plus la réservation est tardive et plus le billet est cher. Or, la tendance de cet été a été de ne pas anticiper les vacances".

Mais l'envolée des prix s'explique aussi par le déséquilibre entre la forte demande de l'été, stimulée par la fin de la période de Covid - les deux aéroports parisiens, Roissy et Orly, ont retrouvé en juillet 86,3% du niveau de juillet 2019, soit 9,1 millions de passagers - et le manque d'offre sur les destinations phares. Face à une pénurie de personnel dans les aéroports et à bord des avions et plusieurs grèves, certaines compagnies ont ainsi dû réduire leurs capacités de vols, provoquant mécaniquement une hausse des prix.


SM avec AFP

Tout
TF1 Info