Le WE

Aviation : l'A380 a-t-il été remis trop vite au hangar ?

La rédaction de TF1info | Reportage F. Chadeau, T. Copleux
Publié le 4 juillet 2022 à 11h58, mis à jour le 4 juillet 2022 à 14h13
JT Perso

Source : JT 20h WE

En février 2019, Airbus annonçait la fin de la production de l'A380.
Mais de plus en plus de compagnie décident de réutiliser cet appareil, qui comporte l'avantage de pouvoir transporter un nombre important de passagers.

Trop gros, trop gourmand au kérogène et trop difficile à rentabiliser, le géant des airs A380 a été mis à la retraite par la plupart des compagnies, dont Air France, il y a deux ans. Depuis, les appareils sont stockés sur des aéroports dortoirs en France et à l'étranger. Mais certains ont parié sur le fait qu'ils reprendront du service. 

C'est le cas de Dominique Rouillet, président de l'aéroport Marcel Dassault à Châteauroux (Indre). Vendredi 1er juillet, il inaugurait sa "cathédrale aéronautique", un nouveau hangar de 8520 m². Car avant de pouvoir redécoller, les A380 doivent impérativement passer par cette infrastructure. "Il y a des révisions qui sont obligatoires, légères ou beaucoup plus lourdes, et qui permettent d'entretenir l'avion sur le volet sécurité. Et si ces révisions ne sont pas faites, l'avion ne peut pas voler", détaille Dominique Rouillet

"Ça permet de transporter beaucoup de personnes en un seul avion"

Personne ne s'attendait à une telle reprise du trafic aérien. Et beaucoup de compagnies s'interrogent : faut-il remettre en service l'A380 ? La Lufthansa le fera pour 14 appareils en 2023. L'un des avantages de l'A380 est qu'il peut transporter jusqu'à 850 passagers, deux fois plus que les modèles classiques. "Ça permet de transporter beaucoup de personnes en un seul avion et on ne peut pas agrandir les aéroports du jour au lendemain. Ça ne nécessite pas davantage de pilotes qu'un avion plus petit", résume Iza Bazin, experte aéronautique au Cabinet Izavia. 

Lire aussi

Cette analyse a toujours été celle de la compagnie Emirates, qui compte une centaine d'A380 dans sa flotte. Lorsque nous avions rencontré l'un des dirigeants de l'entreprise pendant le Covid-19, il prédisait déjà qu'il serait impossible de s'en passer. "La population mondiale est aujourd'hui de 7,5 milliards de personnes. Et avec la croissance future, on va avoir besoin de ces gros avions", prédisait alors Adnan Kazim, directeur commercial de la compagnie aérienne.

Pour échapper à une retraite définitive, l'A380 devra subir quelques modifications. Ses quatre réacteurs, par exemple, devront être remplacés par des moteurs plus économes en carburant.


La rédaction de TF1info | Reportage F. Chadeau, T. Copleux

Tout
TF1 Info