Les Français face à la pénurie de carburants

Crise de l'énergie : combien coûte un "plein" de voiture électrique ?

Maëlane Loaëc | Reportage TF1 Sehla Bougriou, Isabelle Marie et Antoine Janon
Publié le 19 octobre 2022 à 10h11
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Emmanuel Macron a annoncé l'extension du bouclier tarifaire aux bornes de recharge pour voitures électriques.
À l'heure de la crise de l'énergie, combien coûte le "plein" de ces véhicules ?

Alors que près d'un tiers des stations-service françaises connaissent toujours des difficultés d'approvisionnement, certains automobilistes peuvent être tentés de sauter le pas vers les véhicules électriques. Leurs ventes ont déjà été multipliées par plus de six entre 2016 et 2021, et le gouvernement souhaite accélérer le mouvement. La voiture électrique restant encore bien plus chère que celle à moteur thermique, l'Élysée prévoit de passer le bonus écologique à l'achat de 6000 à 7000 euros "pour la moitié des ménages, les plus modestes", a annoncé Emmanuel Macron en début de semaine dans les colonnes des Échos

Mais une fois le véhicule acheté, qu'en est-il du prix de sa recharge ? "Je pense que l'électricité, ça va coûter cher aussi", s'inquiète ainsi un passant dans le reportage du 20H de TF1 en tête de cet article. Pour contrer ces réticences, le chef de l'État a promis une extension du bouclier tarifaire aux bornes de recharge. L'occasion de faire le point sur les tarifs d'un "plein" électrique.

Plus rentable qu'un "plein" d'essence ?

Dans un avis remis la semaine passée sur la voiture électrique, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) aboutit à des ordres de grandeur clairs : "le prix de revient en électricité pour réaliser 300 km est à l’heure actuelle d’environ 10 euros en charge normale à domicile", contre 30 euros pour la même distance avec un moteur thermique, indique son communiqué. Le tarif électrique est donc en moyenne trois fois moins cher.

Ce qui se vérifie par exemple dans le cas de Frank Charton, un conducteur de voiture électrique qui témoigne dans le reportage du 20H de TF1 ci-dessous, diffusé le . L'automobiliste charge son véhicule à domicile et dépense "environ 2,80 euros pour 100 kilomètres". Le litre de diesel, lui, tutoie les deux euros (1,92 euro la semaine passée) : avec une consommation moyenne de cinq litres, il faudrait verser plus de neuf euros pour pouvoir rouler la même distance.

Électrique / essence : le match des pleinsSource : JT 20h WE

En revanche, les prix grimpent bien plus haut pour les quelque 67.000 points de recharge publics que compte la France, qui offrent un "plein" en 30 à 60 minutes, contre sept à huit heures minimum à domicile. Une charge rapide est facturée en moyenne 40 euros pour 300 kilomètres selon l'Ademe, dix euros de plus donc qu'un plein de véhicule thermique. "L'opérateur de recharge facture le service, le loyer payé pour le terrain et la maintenance, entre autres", explique auprès de TF1info Nicolas Doré, coordinateur Carburants Alternatifs au service Transports et Mobilité de l'Ademe. 

"Ils sont en effet en offre de marché pour leur fourniture d'électricité (et non aux tarifs réglementés dont la hausse est amortie)", complète Nicolas Astier, chercheur en économie à la Paris School of Economics, spécialisé en énergie et environnement. Le spécialiste souligne toutefois que "la recharge à domicile représente le mode de recharge le plus courant"

Le tarif de la recharge peut-il flamber à l'avenir ?

Mais certains automobilistes craignent une possible hausse du prix de la recharge lui-même, au vu de l'actuelle crise de l'électricité. "Si les tarifs de l'électricité venaient à être augmentés, est-ce que l'avantage serait toujours aussi présent ?", s'interroge ainsi dans le reportage ci-dessus une conductrice qui vient d'acquérir un véhicule électrique.

Impossible pour l'heure de prédire le cours des tarifs de l'électricité dans les mois à venir. Mais pour Nicolas Doré, il n'y a cependant pas d'inquiétude à avoir, tant que l'on recharge sa voiture à la maison. "Même si nos ordres de grandeur peuvent être appelés à évoluer, il faudrait que le prix de l'électricité soit multiplié par trois pour que le plein électrique soit plus cher que celui d'un moteur thermique", note-t-il. Bien que la hausse des tarifs de l'électricité pourrait atteindre jusqu'à 15%, limite fixée par le bouclier tarifaire reconduit pour 2023, "il sera toujours beaucoup plus avantageux de faire son plein avec une voiture électrique", assure l'expert, d'autant que le prix des carburants pourrait encore grimper à l'avenir. 

Lire aussi

Quant aux bornes de recharge publiques, le bouclier tarifaire leur sera étendu dès janvier 2023, a annoncé dimanche Emmanuel Macron. "Aujourd'hui les prix restent raisonnables, nous allons nous assurer qu’ils le resteront", a-t-il déclaré auprès des Échos. "Il est effectivement probable que les prix auraient eu vocation à augmenter à court terme pour ces bornes", estime Nicolas Astier. Reste que malgré l'extension du bouclier, "il y aura toujours cette différence d'un rapport de trois à quatre minimum" entre un "plein" électrique à domicile et sur une borne, souligne pour sa part Nicolas Doré. 

Quels autres facteurs influent sur le prix d'une recharge ?

D'autres paramètres peuvent toutefois jouer sur la consommation du véhicule. Attention notamment à bien comparer les prix pour une même distance parcourue, et non le coût du remplissage du réservoir, qui est en général plus petit pour les électriques. "L'autonomie de la batterie de la voiture électrique fait qu'une charge permettra d'effectuer de 100 à 300 km pour la plupart des modèles (600 km est un grand maximum à ce jour), alors que de nombreuses voitures thermiques peuvent parcourir 600 km ou plus sur un réservoir carburant", signale auprès de TF1info la chercheuse Virginie Boutueil, membre du Laboratoire Ville Mobilité Transport de l'École des Ponts ParisTech.

Pour calculer le prix d'une recharge, il faut aussi prendre en compte "le gabarit du véhicule, la puissance du moteur, le style de conduite", liste la spécialiste, qui souligne que "la consommation peut varier généralement entre 12 et 20 kWh aux 100 km pour les voitures électriques". "Les véhicules électriques lourds comportant des batteries puissantes coûteront globalement plus cher qu’un véhicule thermique", précise aussi l'Ademe dans son communiqué.  


Maëlane Loaëc | Reportage TF1 Sehla Bougriou, Isabelle Marie et Antoine Janon

Tout
TF1 Info